PUBLICITÉ

Élections législatives en Espagne : comment expliquer la montée en puissance de l'extrême droite ?

Le candidat du parti d'extrême droite espagnol Vox, Santiago Abascal, prononce un discours lors d'un événement de clôture de la campagne électorale à Madrid, en Espagne, en novembre 2019.
Le candidat du parti d'extrême droite espagnol Vox, Santiago Abascal, prononce un discours lors d'un événement de clôture de la campagne électorale à Madrid, en Espagne, en novembre 2019. Tous droits réservés Bernat Armangue/Copyright 2019 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Bernat Armangue/Copyright 2019 The AP. All rights reserved.
Par Lucia Riera Bosqued
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en espagnol

La perspective d'une inclusion de Vox dans le futur gouvernement espagnol soulève des interrogations sur la montée en puissance de ce parti d'extrême droite sur la scène politique du pays. Comment Vox a-t-il réussi à devenir incontournable en Espagne ?

PUBLICITÉ

L'Espagne, autrefois considérée comme une enclave préservée de l'extrême droite en Europe, a connu un bouleversement politique depuis les élections générales de 2019, avec l'émergence du parti Vox qui compte désormais 52 sièges sur les 350 que compte le parlement. 

Les sondages actuels laissent entrevoir une victoire potentielle du Parti populaire de droite, avec une projection d'environ 13% des électeurs en faveur de la formation d'extrême droite de Santiago Abascal. Cet essor fulgurant de Vox et l'éventuelle alliance avec le Parti populaire soulèvent des questions quant à l'acceptation grandissante de l'extrême droite au sein de l'échiquier politique espagnol.

Verónica Fumanal, analyste politique, souligne que le Parti populaire a réussi à banaliser le parti Vox grâce à des pactes, effaçant ainsi les barrières qui l'isolait jusqu'alors.

Pour saisir les raisons profondes de cette progression, il convient de remonter à l'éclatement de la crise indépendantiste catalane en 2017, qui a créé un choc à travers tout le pays. Selon Verónica Fumanal, Vox a su capitaliser sur cette émotion et la réaction face à la crise, renforçant ainsi son attrait pour une partie de l'électorat.

En outre, la crise interne du Parti Populaire, marquée par des affaires de corruption, a contribué à l'essor de Vox, qui s'est positionné en opposition radicale avec les partis traditionnels. 

L'historien et auteur de "Far Right 2.0", Steven Forti, insiste sur le fait que Vox considère comme ennemis non seulement le nationalisme et l'indépendance catalane, mais aussi "tout ce qui est lié à l'Agenda 2030 des Nations unies, aux droits des minorités et au féminisme", des sujets qui font l'objet de critiques constantes dans leurs discours et leur programme électoral.

Au-delà de ces facteurs politiques, les experts identifient d'autres éléments clés dans la montée de l'extrême droite. Verónica Fumanal pointe du doigt les changements technologiques qui ont engendré de nouveaux clivages, allant au-delà des traditionnels clivages gauche-droite ou nationaliste-non nationaliste, pour inclure notamment le clivage rural-urbain.

La "peur de l'inconnu" et un sentiment nostalgique, exacerbés par la mauvaise situation socio-économique, contribuent également à cette montée en puissance. "L'ascenseur social a été mis en quarantaine", souligne Verónica Fumanal. "Aujourd'hui, un jeune mieux éduqué que ses parents n'est pas assuré de vivre mieux que ses parents. C'est ce contrat social qui permet aux forces populistes de s'engager et de se rapprocher des jeunes".

La communication politique de Vox repose sur des canaux non contrôlés, lui permettant de répandre ses idées sans être confronté à des opinions contradictoires. Steven Forti met en garde contre cette stratégie, précisant que "le populisme n'a pas de limites éthiques ou morales, ni d'engagement envers la vérité".

Un discours populiste "banalisé"

Verónica Fumanal, analyste politique, met en lumière la stratégie de Vox, qui, pour réussir, établit des "petites connexions avec la réalité", tout en utilisant des erreurs flagrantes, comme la décriée "loi du seul oui", pour manipuler l'opinion publique. Selon elle, le populisme ne connaît ni limites éthiques ni engagements envers la vérité, exploitant ainsi la crédulité de certains électeurs.

L'intégration progressive de ces discours extrémistes dans le paysage politique espagnol a été favorisée par l'approbation de la droite traditionnelle. Steven Forti, met en exergue le tournant de l'attitude du Parti Populaire lors de sa présence commune avec Ciudadanos et Vox dans une manifestation à Madrid contre le gouvernement de Pedro Sánchez, qualifié de "Frankenstein". 

Cette normalisation de la présence de Vox dans l'espace politique espagnol s'est manifestée notamment après les élections municipales et régionales du 28 mai 2023, avec la conclusion de pactes de gouvernement entre le Parti Populaire et Vox dans 135 municipalités à travers l'Espagne. Ces pactes reprennent en grande partie certains points du programme de Vox.

La considération de l'extrême droite comme une force "démocratiquement acceptable" a également été encouragée par certains médias. 

La vague d'extrême droite en Europe

La vague d'extrême droite qui déferle sur l'Europe constitue un phénomène mondial aux ramifications complexes et profondes. L'Espagne a été l'un des derniers pays à être touché par ce mouvement, rejoignant ainsi l'Italie, la Suède, la Finlande, la Grèce et d'autres nations du vieux continent. 

Pour Steven Forti, spécialiste en la matière, cette montée en puissance répond à des facteurs multiples tels que l'accroissement des inégalités socio-économiques, la "réaction culturelle" face aux changements sociaux et à l'immigration, et la crise que traversent les démocraties libérales.

Le paysage politique espagnol inquiète l'Union européenne à l'approche des élections européennes de juin 2024, car un gouvernement impliquant le Parti populaire et Vox renforcerait cette vague ultra-conservatrice déjà à l'œuvre sur le continent. De plus, cette configuration politique pourrait favoriser la formation d'une alliance entre le Parti populaire européen et les conservateurs et réformistes européens, accroissant ainsi leur influence au sein des institutions européennes.

Il est intéressant de noter que les extrêmes droites ont adapté leur discours pour se rapprocher des réalités nationales de chaque pays. Toutefois, ils se rejoignent sur un point : l'opposition ferme à une plus grande intégration européenne. Vox en Espagne, tout comme le parti de la Première ministre italienne Giorgia Meloni, prône l'arrêt de l'intégration européenne et la restauration de la souveraineté nationale.

L'avenir de l'extrême droite ?

Cependant, se pose la question de l'avenir politique de ces partis d'extrême droite une fois qu'ils accèdent au pouvoir. 

PUBLICITÉ

Selon Verónica Fumanal, cette montée en puissance est plus une "guerre d'identité" qu'une guerre idéologique. Lorsqu'ils arrivent au pouvoir, ces partis ont tendance à privilégier des questions identitaires plutôt que des politiques centrées sur les besoins concrets des citoyens. 

"Cette approche les a souvent conduits à ne pas être reconduits au pouvoir. On peut observer les exemples de Donald Trump aux États-Unis, de Jair Bolsonaro au Brésil et nous verrons si Giorgia Meloni pourra faire exception à cette tendance", explique Fumanal. 

Seules les nations où ces croyances sont profondément ancrées, à l'instar de la Pologne et de la Hongrie, semblent entretenir durablement des gouvernements de ce type.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Législatives en Espagne : un changement de gouvernement pourrait impacter l'économie

Espagne : Alberto Núñez Feijóo, le candidat conservateur qui veut abolir "le Sanchisme"

Espagne : saisie record d'une drogue de synthèse appartenant à un cartel mexicain