EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'ex-Premier ministre chinois Li Keqiang meurt à 68 ans

Pékin, 2022
Pékin, 2022 Tous droits réservés Ng Han Guan/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Ng Han Guan/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Économiste de formation, il est décédé d'une crise cardiaque.

PUBLICITÉ

L'ex-Premier ministre chinois Li Keqiang, en poste de 2013 à 2023 mais éclipsé durant son mandat par la toute puissance du président Xi Jinping, est mort subitement vendredi à 68 ans d'une crise cardiaque.

Un temps pressenti pour devenir chef de l'Etat, il avait finalement vu Xi Jinping lui ravir le poste. Les deux hommes ont toutefois formé un duo à la tête du pays durant une décennie.

"Le camarade Li Keqiang prenait dernièrement du repos à Shanghai. Le 26 octobre, il a eu une crise cardiaque soudaine et est décédé à 00H10 le 27 octobre après que toutes les mesures de sauvetage ont échoué", a rapporté l'agence de presse Chine nouvelle."

Figure populaire en Chine, s'exprimant régulièrement sur les sujets de préoccupation des Chinois les plus modestes, Li Keqiang avait été remplacé à son poste de Premier ministre en mars par Li Qiang - un proche de Xi Jinping.

Interrogée vendredi lors d'un point presse régulier sur le décès de Li Keqiang, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Mao Ning, a exprimé les "profondes condoléances" de la Chine.

Économiste de formation, parlant couramment l'anglais, Li Keqiang était partisan d'une politique économique pragmatique, très ouverte aux investissements étrangers et très focalisée sur le soutien à l'emploi. 

Lorsque l'ex-Premier ministre a quitté ses fonctions en mars, l'économie nationale se remettait du ralentissement induit par le Covid et affrontait une crise du marché immobilier qui se poursuit toujours aujourd'hui.

Mais l'autorité grandissante du président sur les questions économiques, un domaine devenu très politique, ne lui a pas permis d'avoir les coudées franches durant son mandat.

Héritage politique

"Son plus grand héritage politique sera d'avoir travaillé sans relâche à l'amélioration de l'environnement d'affaires" dans le pays asiatique, déclare à l'AFP Wang Jiangyu, directeur du Centre de droit chinois et comparé à l'Université municipale de Hong Kong.

"Il a, à lui seul, fait de la Chine une destination d'investissement relativement attrayante", affirme-t-il. "Il voulait aussi que la Chine soit véritablement connectée avec le reste du monde. Tout cela fera, je pense, qu'il sera encore plus admiré au fil du temps."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Face à Vladimir Poutine, Xi Jinping salue la confiance "croissante" entre Pékin et Moscou

Clôture du XXème Congrès du Parti Communiste Chinois: Xi Jinping vers une troisième mandat

Les accents patriotiques et guerriers de Xi Jinping pour les 100 ans du Parti communiste chinois