PUBLICITÉ

50 ans après le 25 avril : que reste-t-il à faire de la révolution ?

Le Comité de commémoration du 50e anniversaire du 25 avril a prévu un défilé dans l'après-midi du 25 avril, qui partira de la Praça Marquês de Pombal, suivra l'Avenida da Liberdade et se terminera au Rossio.
Le Comité de commémoration du 50e anniversaire du 25 avril a prévu un défilé dans l'après-midi du 25 avril, qui partira de la Praça Marquês de Pombal, suivra l'Avenida da Liberdade et se terminera au Rossio. Tous droits réservés Armando Franca/AP2011
Tous droits réservés Armando Franca/AP2011
Par Joana Mourão Carvalho
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en portugais

Le Portugal se porte mieux aujourd'hui qu'il y a 50 ans. Mais la faible productivité de l'économie, les conditions de travail précaires et la détérioration des services publics le placent à la traîne des autres pays européens.

PUBLICITÉ

Le Portugal célèbre 50 ans de démocratie. Liberté de la presse, élections libres, droit à la santé, à la grève, à l'éducation, autant de réalisations de la révolution. Mais chaque année, lors des célébrations du 25 avril, nous discutons de ce qu'il reste à faire.

L'historienne sociale Raquel Varela souligne les acquis, notamment sur le lieu de travail, où les Portugais ont revendiqué un éventail de droits qui n'avait jamais existé dans le pays auparavant. Mais elle souligne également la construction du service national de santé et du système éducatif qui, selon elle, a signifié pendant de nombreuses années des "avancées qualitatives" sur le plan social.

"Il ne s'agit pas seulement de droits, de libertés et de garanties. Mais aussi de l'État-providence, de la sécurité de l'emploi et de la protection, car beaucoup de ces choses ont malheureusement régressé depuis la fin des années 80. Ce qui est resté, c'est la prise de conscience qu'il est possible de vivre différemment. Cette utopie est un espoir qui ne peut être effacé, il n'y a pas de retour en arrière possible de ce point de vue. On peut revenir sur des réalisations matérielles, mais on ne peut pas revenir sur l'idée en action", affirme la professeure de NOVA FCSH.

Le Portugal est sans aucun doute mieux loti aujourd'hui qu'il ne l'était il y a 50 ans. Mais la faible productivité de l'économie, les conditions de travail précaires et la détérioration des services publics le placent à la traîne des autres pays européens.

Selon les données d'Eurostat, la productivité par travailleur au Portugal est inférieure de 28 % à la moyenne des pays de la zone euro. Depuis au moins dix ans, le Portugal se situe au bas de l'échelle de la productivité dans la zone de la monnaie unique. En six ans, il a été dépassé par les trois pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) et, dans le contexte de l'Union européenne (UE), par la Croatie, la Roumanie et la Pologne.

Pour la coauteure du livre Breve História de Portugal, les causes des problèmes de productivité du pays sont directement liées au fait que le capital est plus favorisé que le travail.

"Il y a eu, surtout depuis le XXIe siècle, une dégradation intense des services publics avec un rendement élevé du capital par le biais des intérêts, donc des prêts, de la dette publique, ce qui va détruire la capacité installée, la capacité de production du pays, et aussi éroder les services publics", affirme Raquel Varela.

Le PIB par habitant du pays reste également inférieur à la moyenne européenne. En 2023, selon les estimations d'Eurostat, le Portugal se hisserait au 18e rang des États membres de l'Union européenne, gagnant deux places par rapport à l'année précédente et dépassant la Pologne et l'Estonie. Cependant, il reste 17 % en dessous de la moyenne de l'UE.

"En fait, le Portugal se situe toujours à l'extrémité de l'Europe occidentale, dont il reste le pays le plus pauvre. Le Portugal n'a donc pas amélioré sa situation relative en termes de classement des pays. Le Portugal est toujours le plus pauvre, il est le dernier, le plus en retard en termes de capital humain, en termes de niveau d'éducation de sa population, il est toujours le dernier de la liste en Europe occidentale, en termes de fonctionnement des institutions politiques", déclare l'historien économique Nuno Palma.

Avec cinq décennies de vie démocratique et 38 ans d'appartenance à l'Union européenne, le pays devra également repenser sa participation au projet communautaire et réduire sa dépendance à l'égard des fonds européens, car l'élargissement prévisible de l'Union à l'Ukraine et aux Balkans occidentaux entraînera une réduction des fonds disponibles pour la politique de cohésion.

Portugal appartient à l'Union européenne depuis 38 ans
Portugal appartient à l'Union européenne depuis 38 ansArmando Franca/Copyright 2018 The AP. All rights reserved.

Pour le professeur de l'université de Manchester et auteur du livre The Causes of Portuguese Backwardness, ces fonds conduisent la population à "ne pas toujours ressentir l'urgence de changer" et les entreprises à se disputer ces fonds sans "se soucier de créer une dynamique transformatrice pour l'économie".

"Au lieu d'être le salut du pays, comme ils sont souvent perçus et décrits par les acteurs politiques, comme un bazooka qui sauvera le pays ou une pluie de millions, ces fonds ont en réalité des effets très négatifs, à la fois pour l'économie portugaise, en particulier pour la partie de l'économie qui est soumise à la concurrence internationale, ce que l'on appelle les biens échangeables et le secteur échangeable de l'économie. D'autre part, ils ont également des effets négatifs sur le processus politique qui existe au Portugal. En fait, les fonds européens sont une sorte de pansement ou d'aspirine qui masque les conséquences des mauvaises décisions prises au niveau politique", estime Nuno Palma.

Par ailleurs, l'historien de l'économie accuse également les deux grands partis qui ont gouverné en démocratie, le PS et le PSD, de ne pas avoir été capables de générer des réformes pour converger avec le reste de l'Europe.

Il y a quatre ans, le Portugal a été rétrogradé au rang de "démocratie imparfaite", et depuis lors, il n'a jamais réussi à retrouver le statut de "démocratie pleine" qu'il avait en 2019.

L'indice de démocratie 2023, publié par l'Economist Intelligence Unit, place le pays au 31e rang mondial, perdant ainsi trois places par rapport à l'année dernière et enregistrant son plus mauvais résultat depuis 2013.

Ce recul est principalement dû à l'évaluation du critère "fonctionnement du gouvernement", pour lequel le pays n'obtient qu'une note de 6,79, soit une baisse substantielle par rapport à l'année dernière (7,50). Le Portugal est l'un des trois seuls pays d'Europe occidentale classés comme "démocratie imparfaite", avec la Belgique et l'Italie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Alfredo Cunha, le photographe que la révolution n'a pas laissé dormir

Le Portugal a célébré les 50 ans de la révolution des Œillets

Au Portugal, 50 ans après la révolution, les Œillets se flétrissent-ils ?