EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'OCDE exhorte à accélérer la vaccination pour relancer la croissance mondiale, revue à la baisse

En plein pandémie de Covid-19, pour l'OCDE, le vaccin est l'allié de l'économie - Une infirmière prépare des vaccins dans un centre de vaccination à Madrid, 1er décembre 2021
En plein pandémie de Covid-19, pour l'OCDE, le vaccin est l'allié de l'économie - Une infirmière prépare des vaccins dans un centre de vaccination à Madrid, 1er décembre 2021 Tous droits réservés Paul White/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Paul White/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par Laurence Alexandrowicz
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'OCDE revoit ses prévisions de croissance mondiale à la baisse. Les prévisions ne prennent pas en considération le variant Omicron. Il pourrait coûter au pire plus de 2 points de pourcentage, en cas de quasi confinement mondial.

PUBLICITÉ

Le vaccin, allié de l'économie, c'est "oui" pour l'OCDE. L'Organisation de coopération et de développement économiques exhorte les pays à accélérer la vaccination.

Les pays développés du G20 ont dépensé 10 000 milliards de dollars pour protéger leur économie alors que vacciner la planète ne coûterait que 50 milliards, selon l'OCDE.

Les prévisions de croissance mondiale de l'OCDE ont été revues en légère baisse par rapport à celles de septembre.

Pour les Etats-Unis, l'OCDE a de nouveau abaissé ses attentes, à 5,6% cette année et 3,7% l'an prochain. .

Pour la zone euro, un léger recul est prévu à 5,2%, en 2021 4,3% en 2022.

En Asie, après avoir connu un début d'année solide sur fond de réouverture de l'économie mondiale et de reprise des exportations, la Chine "a marqué le pas au cours du deuxième semestre", affirme l'OCDE qui entrevoit 8,1% de croissance cette année et 5,1% l'an prochain, en recul de 0,4 et 0,7 point.

Les prévisions ne prennent pas en en considération le variant Omicron. Il pourrait coûter au mieux 0,25 point de pourcentage à la croissance mondiale l'an prochain, s'il s'avère inoffensif, au pire plus de 2 points, si une bonne partie de la planète est confinée.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les producteurs de champagne vont réduire leur récolte face à la baisse de la demande

L'impact de la panne informatique mondiale de Microsoft sur les entreprises du monde entier

Réchauffement des relations entre Londres et l'UE : quel impact sur les services financiers ?