Genève: capitale de l'horlogerie de luxe

Le Watches and Wonders, plus grand salon horloger du monde
Le Watches and Wonders, plus grand salon horloger du monde Tous droits réservés Cyril Zingaro/WWGF/KEYSTONE/Cyril Zingaro
Tous droits réservés Cyril Zingaro/WWGF/KEYSTONE/Cyril Zingaro
Par Olivia Pinnock
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les rues de la ville reflètent cette renommée mondiale, et ce savoir-faire développé depuis des siècles.

PUBLICITÉ

L'année dernière, plus de 22 000 visiteurs ont afflué à Genève pour la convention annuelle Watches and Wonders. Son édition 2023, qui se déroulera du 27 mars au 2 avril, devrait battre ce record d'affluence grâce à la levée des restrictions de voyage liées au COVID-19.

Son déroulement ne passe pas inaperçu dans la ville suisse : des navettes pleines de délégués élégamment vêtus qui se rendent au parc des expositions, des affiches des sorties de montres des exposants accrochées à chaque lampadaire, des exemplaires du journal local qui comprend un numéro spécial Encart Montres et Merveilles.

Cette année, les organisateurs ont ouvert encore plus grand leurs bras à la ville en organisant l'évènement In The City, invitant les boutiques horlogères du centre à accueillir leurs propres événements. 5 000 billets pour l'exposition principale ont été mis à la disposition du public les deux derniers jours du salon.

Bien que Genève ne soit pas la seule ville de Suisse célèbre pour son horlogerie, son histoire dans le commerce a un impact de plus en plus fort sur son présent, car l'industrie consacre toujours plus d'efforts pour unir cette industrie en un seul endroit.

En septembre, la création de la Fondation Watches and Wonders Geneva a été annoncée, réunissant un comité de l'industrie pour organiser des événements haut de gamme pour les horlogers du monde entier en mettant l'accent sur Genève en tant qu'événement phare.

Son PDG Matthieu Humair a déclaré : "A la fin de l'année dernière, nous avions un Watches and Wonders à Hainan, nous avons eu Watches and Wonders à Shanghai, et nous verrons où les marques aimeraient aller__cette année, mais rien n'est confirmé. Mais le plus grand centre est ici, à Genève, où toutes les nouveautés sont annoncées. A la fin d'année, tout se passe à Genève."

La nouvelle fondation a été bien accueillie par d'autres marques phare du monde horloger.

Laurent Perves, directeur commercial de Vacheron Constantin, a déclaré : "Le point clé sur lequel Vacheron Constantin a toujours été un fervent partisan est le suivant : nous sommes plus forts ensemble. Il y a de la place pour tout le monde, nous avons tous des spécificités, nous avons tous quelque chose à offrir, mais nous sommes plus forts si nous parlons d'une seule voix. Nous avons à présent un nombre record de marques contribuant à faire de l'événement un succès et s'occuper de la gestion de la Fondation Montres et Merveilles Genève est formidable. En somme, plus on est de fous, plus on rit."

L'événement s'est développé en raison de la fermeture du salon rival de l'horlogerie et de la joaillerie Baselworld. Après le départ de marques clés de Baselworld en 2019, suivi des défis de la pandémie, le salon a annoncé sa fermeture. Il devait rouvrir en 2022 mais a été contraint de reporter sa nouvelle itération pour " prendre plus de temps pour lancer le nouveau concept".

La présence de deux grands salons professionnels en Suisse avait divisé l'industrie, mais la liste de Watches and Wonders comprend désormais 48 maisons, contre 35 en 2019.

Pour Walter Ribaga, directeur général de la marque indépendante Cyrus, qui présentait autrefois à Baselworld, il y a encore de la place pour faire venir plus de marques : "les marques de milieu de gamme ne sont pas__présentes dans le salon, mais je pense qu'à l'avenir, de plus en plus de personnes rejoindront, parce que c'est dans l'intérêt de l'industrie horlogère suisse d'avoir un salon qui couvre toutes les catégories".

Cependant, il estime que le fait d'être une marque enregistrée à Genève et de se présenter aux côtés de marques aussi prestigieuses donnait à Cyrus un "certain statut".

Laurent Perves ajoute que Genève est un choix logique pour l'industrie horlogère : "Genève revêt une importance particulière, non seulement pour l'horlogerie, mais c'est une ville qui a toujours été ouverte sur le monde. C'est une plate-forme d'échange pour les Nations Unies, elle a une histoire très profonde de facilitation, d'échange et de discussions entre les cultures et les pays."

L'histoire de l'horlogerie genevoise remonte au XVIe siècle. Les huguenots fuyant la France ont trouvé refuge dans la ville suisse, réputée pour sa fabrication de bijoux. Alors que le caractère excessif des bijoux allait à l'encontre des croyances huguenotes, les montres, ayant une fonction pratique, étaient autorisées.

L'industrie a depuis explosé et aujourd'hui, certains des noms les plus célèbres de l'horlogerie sont toujours basés à Genève et dans ses environs. Deux de la "sainte trinité de l'horlogerie", Patek Philippe et Vacheron Constantin, sont liées à la ville depuis 1839 et 1755 respectivement. Vous trouverez également les sièges sociaux de Piaget, Chopard, Roger Dubuis et bien d'autres.

Frederique Constant
La manufacture Frederique Constant de Genève.Frederique Constant

Niels Eggerding, directeur général de Frédérique Constant, une autre marque horlogère basée à Genève, affirme que porter le nom de la ville ajoute du prestige à ses produits.

"Genève est une sorte de sceau de luxe pour les marques", déclare Niels Eggerding. "C'est l'une des villes les plus chères de Suisse. Si vous êtes capable de produire vos montres ici, cela signifie quelque chose de spécial. Les salaires sont plus chers ici, le coût des marchandises est globalement plus cher, le loyer est plus cher. Cela signifie donc vraiment que le luxe est incarné ici."

Bien que Watches and Wonders accueille des visiteurs internationaux et des marques du Japon, de France, des Pays-Bas, d'Italie et plus encore, l'horlogerie genevoise reste inégalée dans sa perception du luxe et de l'excellence. Avec cette énergie renouvelée pour en faire aussi la capitale vitrine, l'industrie horlogère découvre qu'il n'y a vraiment rien de tel que d'avoir une ville à soi.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

2022, année historique pour le luxe automobile

Montres de luxe : une nouvelle vague de créativité face à la pandémie

Alfredo Cunha, le photographe que la révolution n'a pas laissé dormir