EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

L'Inde réduit ses émissions d'un tiers, se plaçant sur la bonne voie pour atteindre l'objectif de l'ONU

Les cheminées d'une centrale électrique au charbon sont photographiées à New Delhi, en Inde, en juillet 2017.
Les cheminées d'une centrale électrique au charbon sont photographiées à New Delhi, en Inde, en juillet 2017. Tous droits réservés REUTERS/Adnan Abidi/File Photo
Tous droits réservés REUTERS/Adnan Abidi/File Photo
Par Euronews Green avec Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le taux d'émissions de gaz à effet de serre de l'Inde a diminué d'un tiers en 14 ans, selon certaines sources.

PUBLICITÉ

Le taux d'émissions de gaz à effet de serre de l'Inde a baissé de 33 % en 14 ans, selon des fonctionnaires.

Cette baisse est plus rapide que prévu et s'explique par l'augmentation de la production d'énergie renouvelable et de la couverture forestière, selon deux fonctionnaires qui ont pris connaissance de la dernière évaluation présentée aux Nations unies.

Les conclusions du rapport montrent que l'Inde est en bonne voie pour respecter l'engagement pris dans le cadre de la convention des Nations unies sur le changement climatique(CCNUCC) de réduire l'intensité de ses émissions de 45 % par rapport au niveau de 2005 d'ici à 2030.

Le taux d'intensité des émissions de l'Inde, autrement dit la quantité totale d'émissions de gaz à effet de serre émises pour chaque unité d'augmentation du produit intérieur brut (PIB) - a diminué de 33 % entre 2005 et 2019, ont déclaré des fonctionnaires au fait des préparatifs du rapport de la troisième communication nationale (TNC).

De nombreux pays préparent leur rapport TNC pour informer la CCNUCC de leurs efforts de réduction des émissions.

L'Inde a atteint son taux de réduction des émissions le plus rapidement

Le taux moyen de réduction des émissions de l'Inde est passé à 3 % par an au cours de la période 2016-2019, contre à peine 1,5 % au cours de la période 2014-2016.

Il s'agit de la réduction la plus rapide jusqu'à présent, et elle est largement attribuable aux efforts déployés par le gouvernement en faveur des énergies renouvelables, même si les combustibles fossiles continuent de dominer le bouquet énergétique.

"L'intensité des émissions de l'économie indienne ne cesse de diminuer, ce qui montre que le pays a réussi à découpler complètement sa croissance économique des émissions de gaz à effet de serre", a affirmé à l'agence de presse Reuters un fonctionnaire qui a refusé d'être nommé.

Les progrès réalisés en matière de réduction de l'intensité des émissions devraient aider l'Inde à éviter les pressions exercées par les pays développés pour qu'elle cesse d'utiliser le charbon, a déclaré le second fonctionnaire.

La couverture forestière et l'hydrogène vert aident l'Inde à réduire ses émissions

Ce fonctionnaire a déclaré qu'une augmentation substantielle du couvert forestier et des programmes encourageant la production non fossile et ciblant les émissions dans les secteurs de l'industrie, de l'automobile et de l'énergie ont conduit à une forte réduction de l'intensité des émissions de l'Inde.

En 2019, les forêts et les arbres couvraient 24,56 % du territoire indien, soit 80,73 millions d'hectares.

Récemment, l'Inde a également essayé de promouvoir l'hydrogène vert, fabriqué en divisant les molécules d'eau à l'aide d'énergie renouvelable.

Un troisième fonctionnaire a déclaré que le rapport devait encore être ratifié par le cabinet fédéral.

Le ministère indien de l'environnement n'a pas répondu aux questions posées lundi par Reuters.

Les énergies renouvelables représentent plus d'un quart de la production d'électricité en Inde

Les données de l'Autorité centrale de l'électricité montrent que l'électricité produite à partir de combustibles non fossiles - y compris l'hydroélectricité, le nucléaire et les énergies renouvelables - a représenté 25,3 % de la production totale d'électricité de l'Inde au cours de l'exercice fiscal qui s'est achevé en mars, contre 24,6 % trois ans plus tôt.

Les centrales thermiques fournissent encore 73 % de l'électricité consommée, contre environ 75 % en 2019.

Le mois dernier, les grandes économies du Groupe des 20 (G20) ont échoué à deux reprises à se mettre d'accord sur l'abandon progressif de l'utilisation des combustibles fossiles et sur la fixation d'objectifs concrets en matière de réduction des émissions.

Les pays en développement, dont l'Inde, s'opposent à des objectifs plus élevés en matière de réduction des émissions, arguant que l'utilisation effrénée des combustibles fossiles par les pays industrialisés a épuisé les ressources.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Royaume-Uni : les centrales à charbon plus efficaces que le solaire face aux fortes températures ?

Allemagne : pas d'accélération de l'objectif de neutralité carbone à Berlin

Les Verts conditionnent leur soutien à von der Leyen à leur intégration au sein d'une coalition