EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

L'UE est-elle en train de créer une armée européenne ?

illustration d'une armée européenne
illustration d'une armée européenne Tous droits réservés Canva/Euronews
Tous droits réservés Canva/Euronews
Par James Thomas
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Cube se penche sur cette idée qui a repris de la vigueur depuis le début de la guerre en Ukraine

PUBLICITÉ

Il s'agit d'une affirmation courante, lancée à la fois par les détracteurs de l'UE, et par les pro-européens qui souhaitent une union toujours plus étroite. 

À l'approche des élections européennes, ce sujet fait encore plus débat que d'habitude.

Le Cube démonte le mythe ! 

L'idée que l'UE a créé ou est en train de créer une armée paneuropéenne, qui enrôlerait les citoyens des États membres, est souvent utilisée pour attaquer le leadership de l'Union.

Elle est généralement colportée par les partis d'extrême droite et les eurosceptiques sur les réseaux sociaux pour accuser l'UE de priver les États membres de leur souveraineté.

Le débat sur le Brexit en a été l'un des meilleurs exemples, lorsque les partisans du "Leave" ont attisé les craintes de voir les citoyens britanniques enrôlés dans une armée européenne.

Mais pour faire court, non, il n'existe pas d'armée européenne. 

Selon le Professeur Daniel Fiott, responsable du programme Défense et Gouvernance au Centre pour la sécurité, la diplomatie et la stratégie à L'Université Libre de Bruxelles, 

Daniel Fiott, Professeur, Université libre de Bruxelles
Daniel Fiott, Professeur, Université libre de BruxellesEuronews

"_Il n'y a pas de plans secrets enfermés dans des bureaux, quelque part à Bruxelles. Je pense donc que vous avez mis le doigt sur l'essentiel en parlant _de "mythe" dans ce contexte et dans ce débat."

L'UE dispose bien sûr d'une politique de sécurité et de défense commune, ainsi qu'une agence de défense, mais elle est loin d'être une véritable armée.

Toujours selon le Professeur Fiott, " Dans le cas de l'UE, il s'agit d'États-nations individuels ou d'États membres, qui acceptent par traité de coopérer étroitement en matière de défense. Ce que cela signifie réellement dans la pratique, et nous en avons de nombreux exemples d'ailleurs, c'est que l'on peut déployer des forces à l'étranger. Vous avez un chef de mission, mais cette mission est normalement composée d'États membres, qui collaborent les uns avec les autres."

Il existe bien entendu d'autres partenariats et alliances militaires européens, notamment l'OTAN. La majorité des États membres de l'OTAN sont également membres de l'UE. Ainsi, plutôt que d'intégrer leurs forces dans le cadre des mécanismes de l'UE, un alignement plus poussé par l'intermédiaire de l'OTAN pourrait être la meilleure voie à suivre pour la défense européenne.

Selon notre second invité, le Professeur Sven Biscop, Directeur du programme "L'Europe dans le monde", à L'institut Edgmont de Bruxelles,

Sven Biscop, Egmont - Institut royal des relations internationales
Sven Biscop, Egmont - Institut royal des relations internationaleseuronews

"_Nous devrions porter notre attention sur ce que les États membres, de toute__évidence, trouvent le plus important, et c'est l'OTAN. Je dirais donc qu'il faut essayer d'aligner les contributions des alliés européens au sein de l'OTAN, de sorte que tous les alliés européens de l'OTAN disposent d'un ensemble complet de forces. Et s'il leur manque quelque chose, il est possible d'utiliser les instruments de l'UE pour aider les alliés européens de l'OTAN à constituer ces forces. Utiliser le Fonds européen de défense pour investir afin que les Européens puissent construire les plates-formes de défense aérienne _dont nous ne disposons pas."

Pour en savoir plus sur le mythe de l'armée européenne, et les élections européennes, connectez-vous sur euronews.com

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Des agents pro-russes" inondent délibérément les médias de faux contenus afin de surcharger les vérificateurs de faits

Non, 97 % des bénéficiaires du revenu minimum de base en Espagne ne sont pas des migrants.

Non, une croix trop grande n'annulera pas votre bulletin de vote en Allemagne