EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Élections européennes : l'extrême droite et le centre gauche au coude à coude aux Pays-Bas

Geert Wilders du PVV pose pour une photo lors d'une étape de la campagne pour les élections européennes sur un marché à La Haye, le 5 juin 2024.
Geert Wilders du PVV pose pour une photo lors d'une étape de la campagne pour les élections européennes sur un marché à La Haye, le 5 juin 2024. Tous droits réservés Peter Dejong/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Peter Dejong/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Gavin BlackburnSerge Duchêne avec AP, EBU
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Les derniers sondages effectués aux Pays-Bas indiquent que le parti d'extrême droite de Geert Wilders, le PVV, a réalisé d'importants progrès et se trouve au coude à coude avec une alliance de centre gauche lors des élections européennes.

PUBLICITÉ

Les derniers sondages réalisés aux Pays-Bas indiquent que le parti d'extrême droite de Geert Wilders a réalisé d'importants progrès et qu'il est au coude à coude avec une alliance de centre-gauche lors des élections au Parlement européen.

Le dernier sondage réalisé par Ipsos I&O montre que l'alliance Verts-Gauche-Travaillistes est en passe de remporter huit sièges au Parlement, tandis que le Parti pour la liberté (PVV) de Geert Wilders devrait en obtenir sept, soit six de plus que lors des élections de 2019.

La victoire du PVV est considérée comme un signe de possibles gains électoraux pour la droite dure dans l'ensemble de l'Union européenne.

Mais dans les bureaux de vote, les sentiments à l'égard de M. Wilders et de sa politique de droite étaient mitigés.

"Ces élections ont montré que les gens en ont assez du système actuel et qu'il faut donc changer les choses, mais je ne pense pas que la vision de M. Wilders soit la bonne", a déclaré Darpan van Kuik, un électeur.

"En ce moment, pour moi, la meilleure option devrait être de le soutenir (Wilders). Il est également lié par la constitution nationale, il ne peut pas faire plus que cela", a déclaré Sradhanand Sital.

M. Wilders lui-même s'est réjoui dans un message sur X, décrivant son parti, le PVV, comme "le plus grand vainqueur".

Le PVV a provoqué une onde de choc en Europe il y a six mois en devenant le plus grand parti du Parlement national néerlandais. M. Wilders souhaite à présent tirer parti de cette popularité et donner le ton à une grande partie de l'Union européenne, en appelant à ramener le pouvoir dans les capitales nationales et à l'éloigner de Bruxelles afin que les États membres jouissent d'une plus grande autonomie sur des questions telles que l'immigration.

Toutefois, à l'instar de nombreux partis de droite dure, M. Wilders souhaite obtenir plus de pouvoir au Parlement européen, prétendument pour pouvoir affaiblir les institutions de l'UE de l'intérieur.

Dans le passé, M. Wilders a demandé que les Pays-Bas quittent l'Union européenne comme l'a fait la Grande-Bretagne, mais le manifeste de son parti pour les élections qui débutent jeudi ne fait aucune mention d'un "Nexit". Au contraire, il exhorte les électeurs à soutenir le PVV afin qu'il puisse changer l'UE de l'intérieur, comme le prévoient de nombreux autres partis de droite dure dans l'Union européenne.

"Vous devez également avoir une forte présence au Parlement européen et vous assurer que, si nécessaire, nous pourrons changer les lignes directrices européennes afin d'être en charge de notre propre politique d'immigration et d'asile", a déclaré M. Wilders après avoir voté à La Haye.

Il s'agit d'un message très important pour l'Union européenne, ainsi que pour la constitution d'un groupe plus important au sein du Parlement européen.
Geert Wilders
Leader du parti PVV

Il a appelé à une largealliance des partis de droite dure pour briser la coalition traditionnelle des démocrates-chrétiens, des socialistes, des libéraux pro-entreprises et des verts.

"En formant un groupe plus important au Parlement européen", a déclaré M. Wilders, "nous aurons le pouvoir de modifier toutes les réglementations européennes afin d'en être davantage responsables nous-mêmes, ici, dans les parlements nationaux".

M. Wilders, la première ministre italienne Giorgia Meloni et la chef de l'opposition française Marine Le Pen se démarquent nettement d'une grande partie de la gauche et de nombreux partis centristes, qui appellent à une approche européenne plus unie sur tous les sujets, des mesures de lutte contre le changement climatique à la défense, arguant que les nations individuelles n'ont qu'une faible voix sur la scène mondiale.

"Il est important que l'Union européenne soit un partenaire bon et fort", a déclaré Gerard Kroon, un homme de 66 ans qui travaille pour la municipalité de La Haye et qui a voté à la mairie pour le parti pro-européen Volt.

"Nous devons faire avancer les choses tous ensemble. Pas seulement en Europe, mais aussi aux Pays-Bas."

Un cycliste passe devant un panneau d'affichage pour les élections européennes en face de la salle de concert Concertgebouw à Amsterdam, le 5 juin 2024.
Un cycliste passe devant un panneau d'affichage pour les élections européennes en face de la salle de concert Concertgebouw à Amsterdam, le 5 juin 2024.Peter Dejong/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

Depuis les dernières élections européennes de 2019, les partis populistes, d'extrême droite et extrémistes dirigent désormais des gouvernements dans trois pays de l'UE, font partie de coalitions gouvernementales dans plusieurs autres et semblent bénéficier d'un soutien massif de l'opinion publique sur tout le continent.

Piratage informatique

Par ailleurs, un groupe de pirates informatiques pro-Kremlin a revendiqué la responsabilité de ce qui semble être une attaque coordonnée contre les sites web des partis politiques néerlandais et des institutions de l'UE le premier jour des élections européennes.

PUBLICITÉ

Au moins trois partis politiques néerlandais — l'Appel chrétien-démocrate (CDA), le Parti pour la liberté (PVV) et le Forum pour la démocratie (FvD) — ont affirmé que leurs sites web avaient été la cible de cyberattaques jeudi.

Le parti de centre-droit l'Appel chrétien-démocrate a indiqué que son site web était "temporairement moins accessible" en raison d'une attaque par déni de service distribué (DDoS) jeudi.

"Le jour des élections, nous considérons qu'il s'agit d'une attaque contre des élections libres et démocratiques", a indiqué le parti sur X.

Le radiodiffuseur national NOS a rapporté que le site du parti PVV de M. Wilders et celui du Forum pour la démocratie, un parti d'extrême droite, ont également été brièvement inaccessibles.

Les Pays-Bas élisent 31 des 720 membres du Parlement européen pour un mandat de cinq ans.

PUBLICITÉ

Les résultats définitifs pour l'ensemble de l'Union européenne seront annoncés à Bruxelles après la fermeture des bureaux de vote dimanche soir.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une nouvelle coalition menée par l'extrême droite aux Pays-Bas

Pourquoi l'extrême-droite de Geert Wilders est-elle un recours pour de plus en plus de Néerlandais ?

Parfois surnommé le "Trump des Pays-Bas", qui est Geert Wilders ?