La glace et le feu : dans l'univers bouillonnant du tourisme volcanique en Islande

Un homme devant une coulée de lave du volcan Fagradalsfjall près de la montagne Litli-Hrútur, à environ 30 km au sud-ouest de Reykjavik, en Islande, le 10 juillet 2023.
Un homme devant une coulée de lave du volcan Fagradalsfjall près de la montagne Litli-Hrútur, à environ 30 km au sud-ouest de Reykjavik, en Islande, le 10 juillet 2023. Tous droits réservés AP Photo/Marco Di Marco
Par Portia Jones
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Vous voulez visiter les volcans actifs d'Islande ? Voici comment organiser votre voyage en toute sécurité.

PUBLICITÉ

Treize ans après le nuage de cendres du célèbre volcan Eyjafjallajökull qui avait paralysé le trafic aérien européen, de multiples éruptions en Islande ont donné naissance à une nouvelle tendance de voyage surprenante : le tourisme volcanique.

L'Islande est l'un des pays les plus actifs sur le plan volcanique, avec une éruption tous les trois à cinq ans environ, pour le plus grand plaisir des amateurs d'aventure qui espèrent apercevoir d'impressionnantes coulées de lave.

L'île nordique se prépare actuellement à une nouvelle éruption localisée, les autorités ayant prévenu qu'un volcan situé près de la région de Hagafell pouvait entrer en éruption à tout moment.

Des milliers de secousses ont récemment ébranlé la péninsule de Reykjanes, dans le sud-ouest du pays, et des ordres d'évacuation ont été émis pour la ville de Grindavik.

Mais tandis que les Islandais fuient, les demandes de renseignements sur les possibilités d'observation des volcans se multiplient auprès des agences de voyage.

L'essor du tourisme volcanique en Islande

Ces dernières années, l'intérêt des visiteurs pour les éruptions volcaniques a connu un véritable essor, l'éruption de mars 2021 à Fagradalsjall ayant attiré des milliers de curieux.

Selon l'Office du tourisme islandais, plus de 356 000 touristes ont visité le cratère  pendant l'éruption.

De longues files d'attente s'étaient formées le long des principaux sentiers de randonnée, et de nombreux visiteurs seraient restés près du champ de lave jusqu'au soir, dans l'espoir de prendre des photos nocturnes de ce spectacle flamboyant.

L'une des éruptions les plus récentes de l'Islande, le Litli-Hrútur, a suscité un vif intérêt de la part des habitants et des touristes lorsqu'il a craché de la lave écarlate et des nuages de cendres.

Cette éruption spectaculaire a débuté le 10 juillet 2023, à la suite d'une augmentation de l'activité sismique dans la région de la péninsule de Reykjanes, à seulement 30 km au sud-ouest de Reykjavik, la capitale de l'Islande.

À cet endroit, une partie de la montagne Fagradalsfjall s'est fendue et a commencé à projeter de la lave en fusion et des panaches de gaz dans l'air, créant Litli-Hrútur, surnommé "le plus jeune bébé volcan de la Terre".

Une fois les incendies maîtrisés par les autorités islandaises, le tout nouveau volcan est rapidement devenu une attraction naturelle unique, et un sentier a été aménagé jusqu'au brasier.

"Concernant la récente activité volcanique, nous devons souligner que de tels événements font partie de la vie islandaise, en raison du paysage géologique du pays", déclare Lína Petra Þórarinsdóttir, responsable du tourisme en Islande.

"Toutes les infrastructures islandaises sont planifiées et réalisées dans cet esprit, et le Met Office islandais ainsi que des équipes de scientifiques surveillent en permanence l'activité volcanique", ajoute-t-elle.

Touristes admirant les coulées de lave du volcan Fagradalsfjall le 3 Août 2022
Touristes admirant les coulées de lave du volcan Fagradalsfjall le 3 Août 2022AP Photo/Marco Di Marco

Comment visiter les volcans islandais en toute sécurité

Les autorités islandaises tiennent à ce que les informations relatives à la sécurité et l'accessibilité des volcans soient disponibles pour tous, et l'éruption de la péninsule de Reykjanes n'a pas fait exception à cette règle.

Lína Petra Þórarinsdóttir explique que les touristes et les Islandais ont reçu des mises à jour régulières à propos de l'éruption et ont été invités à suivre les instructions et les consignes de sécurité.

Les agences de voyage se sont empressées de tirer parti de l'éruption et de mettre en place des circuits spécialisés, les chasseurs de volcans s'envolant dans les heures qui ont suivi la première activité volcanique.

Le voyagiste spécialisé Discover the World a été l'un des premiers à permettre aux voyageurs d'assister en direct à l'éruption du volcan Fagradalsfjall au début de l'année.

PUBLICITÉ

Quelques jours seulement après le début de l'éruption au nord-ouest de la péninsule, à Litli-Hrútur, le spécialiste de l'Islande a attendu que les autorités sécurisent le site et donnent le feu vert avant de proposer son offre de voyage de trois jours autour des volcans.

"Nous sommes en contact régulier avec les autorités officielles en Islande pour nous assurer que nous suivons leurs directives, et nous ne commençons à organiser des visites pour voir l'éruption qu'une fois qu'elle a été déclarée sans danger", explique Georgina Hancock, directrice du marketing de Discover the World.

"Nous veillons à informer nos clients que la situation sur le site fera l'objet d'un suivi constant et qu'il se peut que nous devions modifier leurs arrangements au niveau local. La sécurité sera toujours notre première préoccupation", ajoute Georgina Hancock.

Discover the World compte déjà de nombreux fidèles passionnés de volcans et a lancé sa "Volcano Hotline" en 1986 afin de proposer le tout premier voyage en Islande permettant d'assister à une éruption en direct.

Cette hotline unique en son genre fonctionne encore aujourd'hui pour informer les clients désirant assister à une éruption.

PUBLICITÉ
Une touriste s'approche de la lave émergeant d'une fissure du volcan Fagradalsfjall, près de la montagne Litli-Hrútur, le 10 juillet 2023
Une touriste s'approche de la lave émergeant d'une fissure du volcan Fagradalsfjall, près de la montagne Litli-Hrútur, le 10 juillet 2023AP Photo/Marco Di Marco

Peut-on visiter un volcan actif en toute sécurité ?

Se rendre sur un volcan actif n'est pas sans risques ni questions éthiques. La chasse à la lave peut être le grand frisson d'une vie ou une erreur fatale.

Entre 2010 et 2020, on estime qu'au moins 1 143 personnes ont été tuées dans des explosions volcaniques. Le volcan Whakaari, site touristique populaire de Nouvelle-Zélande, est entré soudainement en éruption le 9 décembre 2019, tuant 22 touristes et en blessant 25 autres.

"La sécurité dépend des conditions, de l'accessibilité et du type d'éruption", explique Magnús Tumi Gudmundsson, professeur de géophysique à l'Université d'Islande.

"La plupart des personnes venues assister à l'éruption récente, et à celles de ces deux dernières années sur le site de la péninsule de Reykjanes, le font de leur propre initiative et les excursions ne sont pas guidées", ajoute Magnús Tumi Gudmundsson.

Il explique également que si ces éruptions produisent bien de la lave, elles ne sont que légèrement explosives et les coulées ne se produisent qu'au niveau des évents.

PUBLICITÉ

"Elles ne sont pas vraiment dangereuses si l'on s'en approche avec respect et que l'on garde une distance de sécurité avec la lave".

"Le danger pour les touristes qui font de la randonnée en Islande est principalement lié aux conditions météorologiques et au risque de se perdre, de ne pas trouver le bon chemin", ajoute-t-il.

Randonneurs en chemin pour assister à l'éruption du volcan Fagradalsfjall le 3 Août 2022
Randonneurs en chemin pour assister à l'éruption du volcan Fagradalsfjall le 3 Août 2022AP Photo/Brynjar Gunnarsson

Quels sont les risques liés à la visite d'un volcan en activité ?

Malgré l'avalanche de photos de lave incandescente sur les réseaux sociaux, toutes les éruptions en Islande ne sont pas aussi accueillantes pour les touristes, et il existe des dangers inhérents pour les visiteurs qui tentent d'accéder à ces sites instables.

Les éruptions produisent souvent des gaz toxiques, comme le SO2 (dioxyde de soufre), qui peuvent provoquer des lésions pulmonaires.

En raison des gaz dangereux libérés lors d'une éruption importante de l'Holuhraun en Islande en 2014-2015, une vaste zone a été fermée à la circulation, à l'exception des scientifiques et des membres de la protection civile, qui disposaient de l'équipement de protection nécessaire.

PUBLICITÉ

Lors de l'éruption de l'Eyjafjallajökull en 2010, certaines zones ont également été interdites aux touristes en raison du risque d'inondation dû à la fonte des eaux du glacier.

Alors, comment visiter les volcans en éruption en Islande de manière responsable et en toute sécurité ?

"Il est essentiel que les sentiers soient bien organisés et balisés", explique Magnús Tumi Gudmundsson, "afin que les gens ne se perdent pas".

Il rajoute que les récentes éruptions à Reykjanes ont entraîné une faible décharge de magma et que les émissions de gaz n'ont pas atteint des niveaux dangereux, ce qui signifie que ces sites volcaniques peuvent être visités en toute sécurité, dans une certaine mesure.

Grâce à la surveillance des gardes forestiers et des intervenants islandais, les visiteurs peuvent réserver des excursions spécialisées autour des volcans ou suivre des sentiers et des pistes balisés pour observer les coulées de lave à une distance sûre.

PUBLICITÉ

Selon une étude réalisée en 2021, la gestion des sites volcaniques et leur ouverture aux spectateurs sont possibles grâce à une collaboration étroite entre les institutions scientifiques islandaises et les agences de protection civile.

L'éruption du Fagradalsfjall en 2021 a été l'occasion de mettre au point, de tester et de valider des modèles d'évaluation des risques et d'améliorer la diffusion d'informations sur la sécurité auprès du public.

Cette coopération a permis d'éviter tout décès ou accident grave lors des dernières éruptions, ce qui a permis à l'Islande de continuer à tirer profit du tourisme volcanique.

Gros plan d'une coulée de lave provenant du volcan Fagradalsfjall le 3 Août 2022
Gros plan d'une coulée de lave provenant du volcan Fagradalsfjall le 3 Août 2022AP Photo/Marco Di Marco

Peut-on se rendre en Islande en toute sécurité en ce moment ?

Malgré l'activité sismique actuelle, le trafic aérien continue en Islande, et le ministère des Affaires étrangères ne déconseille pas aux voyageurs de se rendre dans le pays, ce qui permet aux agences de voyage de fonctionner comme d'habitude.

Le FCO (Bureau des Affaires Etrangères du Commonwealth) quant à lui déconseille actuellement aux voyageurs britanniques de se rendre en Islande : "Bien qu'il n'y ait pas d'éruption en cours, elle pourrait se produire à tout moment". Il ajoute que "les autorités islandaises continuent de surveiller la région de près".

PUBLICITÉ

Le message de l'office du tourisme islandais est clair : "L'Islande est très bien préparée aux événements volcaniques", peut-on lire sur son site web.

Bien que la ville de Grindavik et le célèbre Blue Lagoon restent fermés, les affaires continuent au pays du feu et de la glace. Préparez donc vos jumelles et croisez les doigts pour espérer assister à une éruption impressionnante, à une distance sûre !

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Quelles sont les destinations de vacances d'hiver préférées des Européens ?

Paris sacrée meilleure destination urbaine au monde

L'Espagne offre des vacances subventionnées à des personnes retraitées