DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus et 5G, épidémie de complotisme en ligne

Une femme porte un masque et consulte son téléphone, le mardi 24 mars 2020, dans le quartier de Capitol Hill à Seattle.
Une femme porte un masque et consulte son téléphone, le mardi 24 mars 2020, dans le quartier de Capitol Hill à Seattle.   -   Tous droits réservés  Ted S. Warren/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Parmi le tsunami de désinformation concernant la pandémie de Covid-19, l'une des théories du complot parmi les plus récurrentes consiste à lier le déploiement de la 5G, une technologie de téléphonie mobile qui suscitait déjà le rejet d'une grande partie de la population.

Un nombre croissant de discussions sur les réseaux sociaux et dans les foyers confinés affirment qu'il existe des liens cachés entre le déploiement des réseaux 5G et le nouveau coronavirus. Tout cela ferait partie d'une "conspiration du siècle" plus vaste.

Certains messages suggèrent que la pandémie de Covid-19 sert à couvrir les risques sanitaires provoqués par le réseau 5G, ou que c'est la technologie elle-même qui affaiblit le système immunitaire humain. Une autre variation de la théorie, très à la mode et alimentée par une vidéo virale, suggère que chaque nouveau déploiement de nouvelles technologies au cours de l'Histoire a entraîné des épidémies.

Ce ne sont là que quelques-unes des nombreuses théories en circulation, théories que les experts qualifient clairement de non fondées.

Toutefois, les discussions sont amplifiées par certaines célébrités telles que l'acteur américain Woody Harrelson, qui a partagé un post sur Instagram faisant le lien entre la 5G et la pandémie de Covid-19, ou bien la star de la télévision britannique Jason Gardiner qui a suggéré que l'Organisation mondiale de la Santé avait mis en garde contre le réseau mobile à cause de la maladie. Aux États-Unis, les personnalités Calum Best ou Keri Hilson ont également donné de la visibilité à ces théories.

Qu'est-ce que le 5G ?

La 5G est un réseau de téléphonie mobile qui a été déployé en 2019 pour augmenter la capacité et la rapidité des télécommunications et la connectivité cellulaire.

Cette cinquième génération des standards en matière de téléphonie mobiles peut traiter un plus grand volume de données, et plus rapidement, que ses prédécesseurs 3G et 4G.

Pourquoi dit-on que le 5G est nocive pour la santé ?

Avant le déclenchement de la pandémie de COVID-19, les effets que la 5G pouvait avoir sur la santé des personnes et sur la biodiversité, en raison de ces fréquences plus élevées et du type de rayonnement qu'elle émet (ondes millimétriques), étaient déjà pointées du doigts par de nombreuses personnes.

Mais depuis l'épidémie, des messages lient désormais la 5G au nouveau coronavirus et certains prétendent qu'elle pourrait exacerber la propagation de la maladie à cause de ses fréquences, ou endommager le système immunitaire.

D'autres affirment que le virus est en réalité utilisé pour dissimuler les effets dangereux de ce nouveau standard de téléphonie mobile.

Le 5G est donc lié au coronavirus ?

En résumé, la réponse est non.

Il est vrai qu'au niveau des dates, le déploiement de la technologie coïncide avec la pandémie, et que la situation de crise bloque son déploiement. Mais c'est tout.

Wuhan, Madrid, New York et Milan, villes pilotes ?

D'autres soulignent que les villes de Wuhan, Madrid, New York ou Milan, parmi les plus touchées par le Covid-19, sont des lieux pilotes dans le déploiement de la 5G. Cependant, le pays le plus avancé dans le déploiement est la Corée du Sud, qui compte cinq millions d'abonnés avec un réseau qui fonctionne à pleine capacité. Or, en Corée du Sud, seules 186 personnes sont mortes et 10 284 ont été infectées. Bien loin des chiffres astronomiques des bilans en Europe ou aux États-Unis. La situation coréenne est due à une politique stricte de contrôles électroniques de masse et de tests systématiques de la population.

Une arme américaine utilise les mêmes ondes ?

L'armée américaine utilise effectivement des ondes millimétriques de 95 GHz (les plus hautes prévues pour la 5G) dans un "canon" - utilisé dans le contrôle des foules et des manifestations - qui provoque une sensation de brûlure via des micro-ondes. Ces similitudes alimentent les soupçons de nombreux citoyens. Cependant, si ce système d'armes non létales à énergie utilise un réflecteur pour concentrer les ondes, par définition les antennes relais 5G diffuseront au contraire cette énergie, bien que le type d'onde utilisée pour la 5G nécessite d'installer plus d'antennes que pour la 4G et 3G.

La 5G a été jugée sûre par la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP).

Cependant, le déploiement de la 5G a une composante géopolitique et est au cœur des différends entre les deux superpuissances mondiales, les États-Unis et la Chine (ce qui alimente aussi certaines des théories du complot).

Les ondes électromagnétiques propagent-elles les pandémies ?

La théorie la plus populaire, propagée par une vidéo virale basée sur le philosophe ésotérique Rudolf Steiner, a été réfutée par de nombreux médias spécialisés dans les canulars et infox. Par exemple, bien que la vidéo établisse un lien entre les ondes radio et la pandémie de grippe espagnole de 1918, il est à noter que les premières émissions de radio commerciales n'ont pas eu lieu avant 1920.

Quant à la théorie selon laquelle les virus sont créés à partir de l'excrétion d'une cellule infectée, les virologistes rejettent d'emblée ces affirmations et nous rappellent que les virus font partie de la biodiversité depuis la nuit des temps.

Le 5G est-il un danger pour la santé ?

Les ondes électromagnétiques émettent des rayonnements électromagnétiques qui, à haute fréquence, risquent de provoquer un cancer.

Cependant, les basses fréquences, comme le 5G, produisent une forme de rayonnement non ionisant qui ne serait pas capable de pénétrer et d'endommager les cellules. L'arme américaine ne crée qu'une sensation de brûlure superficielle qui disparaît lorsque l'appareil est éteint ou que le sujet s'éloigne du foyer.

Les fréquences de la 5G peuvent être plus élevées que celles de la 4G et des réseaux antérieurs, mais elles restent bien en deçà des limites stipulées dans les directives internationales.

L'Organisation mondiale de la Santé, qui dispose de directives détaillées sur le réseau mobile, a déclaré qu'"aucun effet néfaste sur la santé n'a été lié à l'exposition aux technologies sans fil", même après "de nombreuses recherches".

Il a noté qu'il n'y a eu que quelques études sur les fréquences utilisées par le 5G, mais "tant que l'exposition globale reste en dessous des directives internationales, aucune conséquence sur la santé publique n'est prévue".

L'un des plus célèbres porte-parole des dangers de la 5G (sans la lier au coronavirus) est un ancien cadre de Microsoft, Frank Clegg.

Yusuf Sambo, un chercheur de l'université de Glasgow qui teste le 5G en Ecosse, a déclaré à l'AFP que, s'il pouvait reconnaître d'autres craintes sanitaires, elles n'avaient rien à voir avec les virus. "Oui, il y a des craintes concernant les implications sanitaires de la 5G, mais elles concernent le cancer et non les infections virales."

De la théorie aux actes, incendie d'une antenne 5G au Royaume-Uni

Début avril, une antenne 5G a été incendiée à Birmingham, au Royaume-Uni. De nombreux internautes ont répondu au tweet sur l'incendie en encourageant ce genre de comportement ou en partageant des théories complotistes sur les dangers de la 5G.

Un utilisateur de Facebook a déclaré : "Détruisez-les tous ou brûlez-les. Sauver des vies - si la police vous demande ce qui vous a poussé à le faire, c'est simple".

"Les vies sont précieuses et ces choses détruisent la vie. C'est une honte que le gouvernement sache ce qui se passe dans le monde mais qu'il se taise et rejette la faute sur les rats et les chauves-souris en Chine", a commenté un autre.

Le fournisseur de réseau, l'entreprise EE, a déclaré à Euronews dans un courriel que ses ingénieurs étaient en train d'évaluer la cause d'un incendie dans une tour de Birmingham qui avait causé des "dommages importants".

La société a en effet précisé : "S'il s'avère qu'il s'agit d'un incendie criminel, ce qui semble probable à ce stade, nous nous efforcerons d'aider la police des West Midlands à identifier le coupable. Endommager délibérément la couverture mobile à un moment où les gens ont plus que jamais besoin d'être connectés les uns aux autres est imprudent, nuisible et dangereux. Nous essaierons de rétablir une couverture complète le plus rapidement possible, mais les dommages causés par l'incendie sont importants."

La police des West Midlands n'a pas encore confirmé la cause de l'incendie.

Pendant ce temps, Mobile UK, un syndicat de fournisseurs britanniques de téléphonie mobile, affirme que la situation a un impact sur ses travailleurs. "Certaines personnes s'attaquent à nos travailleurs et menacent d'endommager les infrastructures."