[En chiffres] Comment s'adaptent les réfugiés ukrainiens dans leur pays d'accueil ?

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Euronews
Euronews   -  Tous droits réservés  AP Photo/Andreea Alexandru

Au cours de l'année écoulée, des millions d'Ukrainiens ont quitté leur pays pour échapper à la guerre. Selon l'Organisation internationale pour les migrations, le conflit a déplacé plus de 13 millions de personnes. Cinq millions et demi d'entre elles seraient retournées en Ukraine, mais la majorité reste à l'étranger.

L'Agence européenne des droits fondamentaux a décidé de découvrir comment les Ukrainiens vivent à l'étranger. Elle a sélectionné les dix pays les plus pertinents au moment de l'enquête, à la fin de l'été dernier.

Il s'agit des pays qui partagent une frontière terrestre avec l'Ukraine, ou qui ont accueilli le plus grand nombre de personnes déplacées en provenance d'Ukraine, de manière globale ou proportionnelle.

L'Union européenne a rapidement créé des mécanismes pour accueillir les migrants ukrainiens. Un tiers des plus de 14 500 personnes interrogées ont demandé l'asile dans le pays d'accueil, mais la grande majorité n'a demandé qu'une protection temporaire.

La raison est peut-être liée à la façon dont ils envisagent l'avenir. Un répondant sur trois a l'intention de retourner en Ukraine. Seul un sur cinq semble déterminé à s'enraciner à l'étranger.

Malgré les différents programmes d'aide, la plupart des Ukrainiens paient au moins une partie de leurs frais de logement. 38 % paient toutes leurs factures - entre le loyer, l'eau, l'électricité, le gaz et les communications, mais 79% déclarent avoir du mal à boucler les fin de mois. Seul un Ukrainien sur trois a un emploi rémunéré. La majorité d'entre eux sont des femmes et certaines d'entre elles continuent à travailler dans leur emploi précédent.

Parmi les personnes sans emploi, beaucoup sont des soignants, mais la principale raison de ne pas être employé est la méconnaissance de la langue officielle du pays d'accueil. Deux tiers d'entre eux ne la parlent pas ou très peu - presque le même pourcentage d'Ukrainiens n'a pas suivi de cours de langue nationale.

L'Agence européenne des droits fondamentaux souligne l'importance de prendre des mesures pour encourager le retour sûr, progressif et sans heurts des personnes déplacées en Ukraine. Le rapatriement devrait se faire en masse une fois le conflit terminé.