Guerre en Ukraine : le procès des soldats ukrainiens du régiment Azov a commencé en Russie

Le procès de plus 20 soldats ukrainiens a débuté en Russie, 14 juin 2023
Le procès de plus 20 soldats ukrainiens a débuté en Russie, 14 juin 2023 Tous droits réservés AP/Ukrainian Donetsk Regional Administration
Tous droits réservés AP/Ukrainian Donetsk Regional Administration
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Moscou considère le bataillon Azov comme un groupe terroriste et les soldats capturés sont maintenant confrontés à des accusations graves.

PUBLICITÉ

Le procès de plus de 20 soldats ukrainiens, membres du bataillon Azov, a débuté ce mercredi dans une cour de justice située dans le sud de la Russie. 

Ces soldats capturés étaient membres d'une unité des forces armées ukrainiennes qui a combattu les troupes russes dans le port de Marioupol. Ils se sont rendus aux forces russes en mai 2022.

Moscou considère le bataillon Azov comme un groupe terroriste et les soldats capturés sont maintenant confrontés à des accusations graves. S'ils sont reconnus coupables, ils risquent des peines allant de 15 ans de prison à la perpétuité. 

Frappes russes meurtrières

Six personnes sont mortes et 19 ont été blessées mercredi dans des frappes de missiles russes en Ukraine, notamment à Odessa au bord de la mer Noire, au moment où Kiev revendique de légères avancées dans sa contre-offensive à l'est.

A Odessa, trois personnes ont été tuées et 13 ont été blessées dans une frappe de missile de croisière Kalibr qui a notamment touché un entrepôt commercial, a indiqué sur Telegram Serguiï Bratchouk, porte-parole de l'administration militaire de cette grande ville du Sud du pays.

Selon l'armée de l'air ukrainienne, trois des quatre missiles Kalibr tirés par la Russie ont pu être interceptés. Les forces russes ont également lancé pendant la nuit dix drones de fabrication iranienne.

Tirés depuis la région russe de Rostov-sur-le-Don, six missiles de croisière de type X-22 ont en revanche touché la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine.

Trois personnes y ont été tuées et six autres blessées, selon le gouverneur Pavlo Kyrylenko.

A Kramatorsk, grande ville de cette région, les journalistes de l'AFP ont constaté un énorme cratère causé par une explosion sur une route au milieu de maisons aux fenêtres soufflées.

Contre-offensive ukrainienne

Ces frappes russes interviennent au moment où l'armée ukrainienne, forte des livraisons d'armes occidentales, est à l'offensive sur plusieurs parties du front dans le Sud et l'Est.

Si l'Ukraine affirme "avancer" avec la reprise de sept villages, le président russe Vladimir Poutine a au contraire assuré mardi que les forces de Kiev étaient tenues en échec et subissaient des pertes proches d'un niveau "catastrophique".

Selon des analystes militaires, l'Ukraine n'a pas encore lancé le gros de ses forces dans sa contre-offensive, testant la ligne de front en quête de points faibles. Actuellement, ces opérations semblent se concentrer sur trois axes principaux: Bakhmout, la zone de Vougledar (sud-est) et celle d'Orikhiv (sud).

L'AIEA à Zaporijjia

Le directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, est pour sa part attendu à la centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée par la Russie, pour déterminer notamment si cette gigantesque installation a été mise en danger par la destruction du barrage de Kakhovka sur le fleuve Dniepr, dont l'eau est utilisée pour refroidir les six réacteurs.

Initialement prévue mercredi, cette a été reportée à jeudi, selon un responsable du secteur nucléaire russe. Ni Kiev, ni l'AEIA n'ont pour l'instant confirmé ces informations.

Selon une source diplomatique occidentale contactée par l'AFP, son déplacement a été reporté "de quelques heures mais pas annulé".

Selon M. Grossi, il n'y a pas de "danger immédiat" pour la centrale, mais le niveau d'eau dans le bassin de refroidissement l'inquiète: "Il y a un risque sérieux, car l'eau qui est là-bas est limitée".

"Je veux faire ma propre évaluation", a-t-il dit à la presse à Kiev mardi.

Sources additionnelles • AFP, AP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : la ville natale du président visée par les missiles russes

La contre-offensive ukrainienne "progresse" mais reste "difficile"

"Où est maman ?" L'histoire d'un petit garçon ukrainien enlevé par les forces russes