A cause des températures printanières, les abeilles se mettent en danger

En Belgique, les abeilles sortent plus tôt que prévu de leur hibernation - image d'illustration
En Belgique, les abeilles sortent plus tôt que prévu de leur hibernation - image d'illustration Tous droits réservés Elise Amendola/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Elise Amendola/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les abeilles sortent trop tôt de leur hibernation à cause de la chaleur actuelle, et sont à la merci d'un refroidissement. Un danger supplémentaire pour ces insectes indispensables à la survie de l'Homme.

PUBLICITÉ

Faut-il se réjouir de voir ressortir de leur hibernation les abeilles, indispensables à la survie de l'Homme ? Non. Les températures printanières actuelles ont un effet indésirable sur les abeilles qui commencent à sortir en essaim.

De quoi nuire davantage aux abeilles déjà gravement menacées par les pesticides et le changement climatique.

"Les abeilles croient que le printemps est là, nous explique un apiculteur. La reine va recommencer à pondre, la colonie va s'agrandir et puis une période de froid revient alors la colonie va se resserrer et elle n'aura peut-être pas assez d'abeilles pour chauffer tout le couvain qui a été pondu. Elle peut donc abandonner une partie du couvain qui peut mourir. L'idéal serait d'avoir une bonne période de froid pendant 2 ou 3 mois. Mais le chaud puis le froid, ça détruit les colonies".

Un autre problème est celui de l'approvisionnement en miel. Un coup d'œil à l'intérieur des ruches, et l'apiculteur Mathieu Decoster est inquiet pour les abeilles, qu'il trouve amorphes : "Quand leurs réserves de nourriture s'épuisent, elles meurent tout simplement. Elles ne sont pas autonomes. Beaucoup de gens pensent qu'elles vivent sauvages et libres dans la nature. Mais elles sont domestiquées. Cela fait vraiment une différence."

Les apiculteurs mettent en garde contre les fluctuations de température qui pourraient perturber à long terme les colonies d'abeilles. Avec des effets dramatiques sur la pollinisation des cultures et des plantes sauvages.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Environnement : quel serait l'impact de la disparition des insectes pollinisateurs ?

2021, une année "désastreuse" pour la production française de miel

Élections européennes : les théoriciens du complot sont passés du COVID au climat