EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le "Niño atlantique" va-t-il provoquer des ouragans plus violents ?

Des maisons endommagées et manquantes sont visibles après le passage de l'ouragan Ian, le 29 septembre 2022, à Fort Myers Beach, en Floride.
Des maisons endommagées et manquantes sont visibles après le passage de l'ouragan Ian, le 29 septembre 2022, à Fort Myers Beach, en Floride. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Charlotte Elton (adapté de l'anglais)
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le "petit frère d'El Niño" pourrait renforcer les tempêtes puissantes, avertissent les chercheurs.

PUBLICITÉ

L'El Niño atlantique - un phénomène météorologique impliquant des températures océaniques élevées et une dynamique des vents complexe - est peu étudié, éclipsé par le schéma climatique, El Niño, beaucoup plus vaste.

Une nouvelle analyse a mis en lumière le lien entre l'El Niño atlantique et les cyclones tropicaux "les plus intenses et les plus destructeurs".

"Le phénomène Niño/Niña de l'Atlantique est potentiellement un prédicteur supplémentaire de l'activité saisonnière des ouragans de l'Atlantique, qui peut être utilisé pour améliorer les perspectives saisonnières des ouragans de l'Atlantique", écrivent les auteurs d'une nouvelle recherche publiée dans Nature, cet été.

Qu'est-ce que l'El Niño atlantique ?

L'El Niño atlantique, surnommé "le petit frère d'El Niño", se caractérise par des températures de surface de la mer plus élevées que la moyenne dans le bassin équatorial oriental, et des vents plus faibles que la moyenne dans l'ensemble de l'Atlantique oriental et central.

"Comme un petit frère typique, le Niño atlantique a tendance à suivre son grand frère, devenant souvent actif durant l'été qui suit un hiver El Niño", écrit l'océanographe Sang-Ki Lee pour le Laboratoire océanographique et météorologique de l'Atlantique.

Ce phénomène a des répercussions locales complexes, comme la réduction des précipitations dans la région du Sahel et l'augmentation de la fréquence des inondations en Amérique du Sud.

De nouvelles recherches suggèrent qu'il pourrait également contribuer à la formation des ouragans.

De puissantes tempêtes se forment souvent dans les perturbations atmosphériques, au-dessus de l'Afrique de l'Ouest, près du Cap-Vert. Ces tempêtes parcourent des milliers de kilomètres avant de toucher terre en Amérique.

Les tempêtes, nées au Cap-Vert, représentent 80 à 85 % de tous les ouragans majeurs, qui frappent les États-Unis et les Caraïbes.

Plus les ouragans voyagent longtemps au-dessus de mers chaudes, plus ils ont le temps d'aspirer l'énergie de ces eaux. Le phénomène El Niño dans l'Atlantique fait monter la température de la mer, ce qui aggrave la gravité de ces tempêtes.

"De telles conditions augmentent la probabilité que de puissants ouragans se développent dans les eaux tropicales profondes près des îles du Cap-Vert, ce qui accroît le risque que des ouragans majeurs frappent les îles des Caraïbes et les États-Unis", écrivent les auteurs de l'étude.

Qu'est-ce qu'El Niño et quel est son lien avec les ouragans ?

Il est probable que l'El Niño atlantique se développe l'année prochaine, étant donné que nous sommes actuellement dans une année El Niño, la première depuis 2018-19.

Le monde oscille entre les années"El Niño" et "La Nina", un schéma climatique qui oriente les conditions météorologiques dans le monde entier.

Avec El Niño, les eaux de l'océan Pacifique deviennent beaucoup plus chaudes que d'habitude. El Niño est provoqué par des vents dans le Pacifique qui poussent les eaux chaudes vers l'est, lorsque le courant-jet du Pacifique se déplace vers le sud.

AP Photo
This NOAA satellite image taken Friday, SeLe pt. 9, 2011 à 01:45 AM EDT montre que l'ouragan Katia est maintenant à environ 360 miles au nord-ouest des BermudesAP Photo

El Niño fait grimper les températures mondiales d'environ 0,2 degré Celsius, mais a des répercussions locales complexes sur le climat.

PUBLICITÉ

En Europe, El Niño se traduit généralement par des hivers plus secs et plus froids dans le nord et plus humides dans le sud. Aux États-Unis, il génère un temps plus sec et plus chaud dans les États du nord et des précipitations intenses, voire des inondations sur la côte du golfe du Mexique et dans le sud-est du pays.

Les moussons en Inde et les pluies en Afrique du Sud pourraient diminuer, mais l'Afrique de l'Est pourrait connaître davantage de pluies et d'inondations.

El Niño peut rendre les ouragans plus puissants, car les tempêtes aspirent l'énergie des mers plus chaudes, que la moyenne.

Mais ce phénomène climatique est également à l'origine d'un "cisaillement vertical du vent", c'est-à-dire d'un changement de vitesse et de direction des vents en altitude, qui détruit les ouragans. Ce qui signifie que les années El Niño sont généralement associées à des saisons d'ouragans moins violentes.

PUBLICITÉ

En mars, les scientifiques de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) ont prédit une saison inférieure à la moyenne. Mais les températures élevées des océans font que la saison des ouragans, qui dure de juin à novembre, a été meurtrière cette année. La NOAA prévoyait une saison des ouragans "supérieure à la normale" dans 60 % des cas.

"La NOAA exhorte toutes les personnes vivant dans des zones vulnérables à se doter d'un plan d'urgence bien conçu", avertit l'agence américaine d'océanographie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ouragans : créer la catégorie 6 pour mieux protéger les populations ?

Pourquoi la tempête s'appelle-t-elle Ciarán ?

Temu, Shein, SKIMS : la fast fashion chinoise, une catastrophe humaine et environnementale