EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

50 % de chances que 2023 soit l'année la plus chaude jamais observée, selon la NASA

Une femme se protège du soleil à l'aide d'un ventilateur à main à Madrid, Espagne, juillet 2023\.
Une femme se protège du soleil à l'aide d'un ventilateur à main à Madrid, Espagne, juillet 2023\. Tous droits réservés AP Photo/Manu Fernandez
Tous droits réservés AP Photo/Manu Fernandez
Par Angela Symons
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les effets d'El Niño se feront le plus sentir entre février et avril, selon la NASA.

PUBLICITÉ

Selon les experts de la NASA, il y a 50 % de chances que 2023 soit l'année la plus chaude jamais enregistrée sur Terre.

Et comme les effets les plus importants d'El Niño ne se font pas encore sentir, l'année 2024 sera encore plus chaude.

Le mois dernier a été le mois de juillet le plus chaud "de loin", a confirmé Sarah Kapnick, responsable scientifique de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), lors d'une conférence de presse, lundi.

Les gaz à effet de serre produits par l'activité humaine ont été désignés comme le principal facteur du réchauffement.

2023 s'annonce comme une année de chaleur record

Selon les perspectives annuelles du Centre américain d'informations sur l'environnement (NCEI), sur les températures mondiales, il est "pratiquement certain" que 2023 se classera parmi les cinq années les plus chaudes jamais enregistrées. Jusqu'à présent, 2023 occupe déjà la troisième place.

Les effets les plus importants du phénomène de réchauffement de l'océan Pacifique connu sous le nom d'El Niño étant attendus entre février et avril 2024, l'année prochaine risque d'être encore plus chaude.

Les scientifiques craignent que ce phénomène ne contribue à faire franchir à la planète la limite de 1,5 °C de réchauffement et ne provoque des phénomènes météorologiques extrêmes tels que des sécheresses, des tempêtes et des inondations.

Au début du mois, le service Copernicus sur le changement climatique (C3S) de l'Union européenne a confirmé que le mois de juillet avait été le plus chaud jamais enregistré sur Terre.

L' Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique a corroboré cette information lundi, avec des chiffres montrant que les températures étaient supérieures de plus de 0,2 °C au précédent record établi en 2019.

"Le mois dernier a été beaucoup, beaucoup plus chaud que tout ce que nous avons jamais vu", a affirmé Sarah Kapnick.

Certaines parties de l'Amérique du Nord et du Sud, de l'Afrique du Nord et de la péninsule antarctique ont été particulièrement chaudes, avec des augmentations de température d'environ 4 degrés au-dessus de la moyenne, indiquent les experts de la NASA.

Les températures à la surface des océans ont également atteint un niveau record pour le quatrième mois consécutif, ce qui a contribué à la chaleur record de juillet.

Mère Nature nous envoie un message

Les neuf dernières années ayant été les plus chaudes depuis le début des relevés de la NASA en 1880, Bill Nelson, administrateur de l'agence spatiale, a lancé un avertissement : "Mère Nature nous envoie un message, et ce message est le suivant : 'Nous ferions mieux d'agir maintenant, avant qu'il ne soit trop tard pour sauver notre planète ".

Le réchauffement des températures a déclenché une cascade de catastrophes, allant de la fonte de la glace de mer et de l'élévation du niveau de la mer aux incendies de forêt, aux inondations et aux tempêtes de ces derniers mois.

"Ce qui se passe dans les océans ne reste pas dans les océans, cela affecte toute la planète", a déclaré Carlos Del Castillo, chef du laboratoire d'écologie océanique de la NASA.

Si El Niño a exacerbé les phénomènes météorologiques extrêmes, l'agence spatiale américaine a déclaré que les émissions d'origine humaine étaient les principales responsables, en particulier au cours des quatre dernières décennies.

"Nous nous attendons à ce que bon nombre de ces effets s'intensifient avec la poursuite du réchauffement", a déclaré Katherine Calvin, scientifique en chef et conseillère principale en matière de climat à la NASA.

"Il n'y a pas de frontières politiques ou géographiques, nous sommes tous concernés", a ajouté Bill Nelson.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Octobre 2023, le mois le plus chaud dans le monde

Réchauffement planétaire = plus de canicules, plus longues, plus chaudes (étude du WWA)

Le sud de l'Europe se prépare à affronter les 40°C et plus : la vague de chaleur suscite des inquiétudes croissantes en matière de santé