Plusieurs pays de l'UE s'engagent à décarboniser leur électricité d'ici 2035

Des éoliennes enneigées dans la montagne El Perdon, au nord de l'Espagne.
Des éoliennes enneigées dans la montagne El Perdon, au nord de l'Espagne. Tous droits réservés AP Photo/Alvaro Barrientos
Par Rosie Frost
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

L'horizon 2035 est considéré par les experts comme une date critique pour l'élimination des combustibles fossiles du système électrique européen.

PUBLICITÉ

Des pays de l'UE représentant plus de 60 % du secteur énergétique de l'Union se sont engagés à décarboniser leur secteur de l'électricité d'ici 2035.

Une nouvelle analyse réalisée par le groupe de campagne Beyond Fossil Fuels (Au-delà des combustibles fossiles) a révélé que dix États membres se sont engagés à éliminer les combustibles fossiles d'ici 2035 ou plus tôt. Quatre pays - l'Autriche, le Danemark, la Lituanie et le Luxembourg - se sont explicitement engagés à remplacer le charbon et le gaz par des énergies renouvelables.

"Il est encourageant de constater que de nombreux gouvernements européens partagent l'ambition d'ouvrir l'ère des énergies renouvelables en prenant des engagements pour le secteur de l'électricité à l'horizon 2035. Il faut maintenant que d'autres leur emboîtent le pas", déclare Tara Connolly, chargée de campagne à Beyond Fossil Fuels.

L'Agence internationale de l'énergie a fixé 2035 comme date à laquelle les pays européens devraient décarboniser leurs secteurs électriques pour s'aligner sur l'objectif de 1,5°C de l'Accord de Paris.

Trois autres États - le Portugal, la Suède et la Roumanie - ont pris des engagements similaires, mais pour des dates ultérieures.

Les engagements nationaux concrets sont la première étape de la transformation du secteur de l'électricité en Europe, affirme le groupe, fournissant des signaux clairs à l'industrie et à la finance sur la direction de la transition énergétique.

"Le respect de l'horizon 2035 n'est qu'une partie de la tâche", ajoute Tara Connolly.

"Les gouvernements doivent s'engager explicitement à éliminer progressivement le charbon et le gaz et à les remplacer totalement par des énergies renouvelables".

De la vapeur s'échappe de la centrale électrique au charbon de Neurath, près de Grevenbroich, en Allemagne.
De la vapeur s'échappe de la centrale électrique au charbon de Neurath, près de Grevenbroich, en Allemagne.AP Photo/Michael Probst, File

Pourquoi les engagements de certains pays sont-ils "insuffisants" ?

La Belgique, la France, l'Allemagne, la Grèce, l'Italie et les Pays-Bas complètent la liste des 10 pays qui se sont engagés à décarboniser leur économied'ici à 2035.

Mais le groupe de campagne affirme que ces pays ne sont pas suffisamment clairs quant à la nécessité d'éliminer spécifiquement le charbon et le gaz ou qu'ils s'appuient sur des "technologies de production d'électricité inadaptées".

Beyond Fossil Fuels déclare ne pas soutenir l'expansion de certaines technologies pour une série de raisons, "y compris l'impact négatif sur la nature, le coût exorbitant ou l'incapacité à produire à l'échelle et dans les délais impartis".

Tara Connolly explique par exemple que le volume de bioénergie qui peut être obtenu de manière durable à partir de nos écosystèmes est limité, d'autant plus que ceux-ci sont déjà soumis à la pression des crises de la biodiversité et du climat.

La construction de nouvelles centrales nucléaires est "incroyablement coûteuse" et les travaux sont sans cesse reportés au-delà du calendrier d'élimination des combustibles fossiles. Les technologies de captage et de stockage du carbone sont promises depuis plus de dix ans, mais elles n'ont toujours pas été prouvées et n'ont été déployées à une échelle suffisante nulle part en Europe.

Selon le groupe de campagne, l'hydrogène produit à partir de combustibles fossiles est "incroyablement gourmand en carbone et inefficace", malgré les promesses de réduction des émissions.

"Le consensus est que l'énergie solaire au sol et sur les toits, ainsi que l'énergie éolienne sur terre et en mer, fourniront la plus grande quantité d'électricité renouvelable dans un système électrique européen décarbonisé", conclut Tara Connolly.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Cette ville française fait de son cimetière une source d'énergie solaire

Le Maroc mise sur l'hydrogène vert pour sa transition écologique

Italie : record de production d'énergies solaire et éolienne en 2023