Difficile de construire de nouveaux projets éoliens et solaires ? Ce village allemand pourrait avoir la solution

Juergen Hansen, maire du village de Sprakebuell, se tient à côté d'une pierre portant le nom de la municipalité.
Juergen Hansen, maire du village de Sprakebuell, se tient à côté d'une pierre portant le nom de la municipalité. Tous droits réservés AP Photo/Frank Molter
Par Euronews Green avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Sprakebuell est en quelque sorte un village modèle en matière de transition énergétique, avec un nombre de voitures électriques supérieur à la moyenne, un parc éolien communautaire et de la chaleur renouvelable produite à partir de biogaz.

PUBLICITÉ

Le vent qui souffle en rafales sur les terres agricoles du nord de l'Allemagne apporte beaucoup au village de Sprakebuell : le brouillard et la pluie venant de la mer, les cigognes migratrices occasionnelles et la faible odeur de fumier dans les champs nouvellement fertilisés.

Et surtout, de l'argent, grâce à la vente de l'électricité produite par les éoliennes installées dans les champs verts et plats qui s'étendent jusqu'à la mer du Nord. Une partie de l'argent revient aux villageois eux-mêmes, l'engagement local faisant de cette enclave agricole venteuse située près de la frontière avec le Danemark une vitrine des moyens de faire avancer les projets d'énergie renouvelable.

Ce n'est pas facile lorsque les vents contraires de l'économie mondiale post-pandémique - notamment les taux d'intérêt élevés et l'inflation - freinent les investissements souvent coûteux dans l'éolien, le solaire et d'autres formes d'énergie propre.

Des panneaux solaires se dressent en bordure d'un parc éolien à Sprakebuell, en Allemagne.
Des panneaux solaires se dressent en bordure d'un parc éolien à Sprakebuell, en Allemagne.AP Photo/Frank Molter

Cette situation ralentit la croissance des énergies renouvelables nécessaire pour lutter contre le changement climatique, alors qu'elle doit s'accélérer pour atteindre l'objectif ambitieux fixé lors du sommet des Nations unies sur le climat (COP28), à savoir renforcer les capacités en matière d'énergies propres.

L'énergie renouvelable finance des projets communautaires

Sprakebuell, un groupe de trois rues de maisons soignées à un étage où les tracteurs circulent en plus grand nombre que les voitures, a connu une nouvelle vie et une prospérité accrue grâce à l'énergie renouvelable.

Malgré sa petite taille, certaines des pratiques de cette ville allemande offrent des enseignements qui pourraient trouver un écho à l'échelle mondiale.

Les dividendes des parcs éoliens appartenant aux citoyens ne rendent pas les bénéficiaires riches. Au contraire, l'argent constitue un petit plus, un tampon financier "très important pour nous car il nous donne une certaine liberté", confie Astrid Nissen, 44 ans, qui gère avec son mari une ferme laitière de 150 vaches à la périphérie du village.

Le prix du lait fluctue énormément, mais les revenus plus réguliers des parcs éoliens sont "quelque chose sur lequel nous pouvons compter, quelque chose que nous pouvons utiliser pour planifier", explique-t-elle, des meuglements occasionnels provenant de l'étable derrière elle.

Un système photovoltaïque est installé sur un bâtiment à Sprakebuell, en Allemagne.
Un système photovoltaïque est installé sur un bâtiment à Sprakebuell, en Allemagne.AP Photo/Frank Molter

Le bruit des éoliennes - inaudible dans le centre du village mais bruyant à proximité - rapporte quelque 400 000 euros de taxes par an. Cette somme a permis de financer une nouvelle aire de jeux, une piste cyclable et même des cours de piano gratuits pour les enfants de Sprakebuell.

Lorsqu'il s'agit de nouveaux projets, les obstacles mondiaux comprennent la hausse des coûts d'emprunt qui rend leur financement plus coûteux, les prix élevés et les chaînes d'approvisionnement engorgées pour les éoliennes, ainsi que la résistance aux parcs éoliens "pas dans mon jardin".

Les hausses de taux d'intérêt de la Réserve fédérale américaine, de la Banque centrale européenne et d'autres institutions ont amené des économistes de l'University College London à mettre en garde contre les "dommages collatéraux verts" et à qualifier les coûts d'emprunt élevés destinés à lutter contre l'inflation de "mauvaises nouvelles pour la transition verte".

La société de conseil Wood Mackenzie a constaté que "l'énergie propre a connu l'une des années les plus difficiles de sa courte histoire", les appels des gouvernements en faveur d'une augmentation de la capacité de production n'étant pas satisfaits en Allemagne, en Espagne, au Royaume-Uni et en Italie.

La situation est encore plus grave pour les pays à faible revenu dans des régions comme l'Afrique, où les coûts d'emprunt pour les investissements initiaux plus élevés nécessaires pour les énergies renouvelables étaient déjà élevés et ont encore augmenté.

Comment fonctionnent les parcs éoliens communautaires de Sprakebuell ?

À Sprakebuell, le nombre d'exploitations agricoles familiales est passé de 26, en 1960, à 3  plus grandes aujourd'hui. Il y a 30 ans, le village était sur le point de fusionner avec un village voisin. Aujourd'hui, il abrite non seulement des agriculteurs, mais aussi des personnes qui travaillent à une demi-heure de là, dans la ville de Flensburg.

Les habitants de Sprakebuell ont versé un acompte de 20 % pour la construction d'un parc éolien et les banques locales ont prêté les 80 % restants. Le premier parc éolien comptait 24 participants. Le dernier en date en compte plus de 150, la nouvelle s'étant répandue.

Astrid Nissen et son mari ont commencé par investir l'équivalent d'un peu plus de 5 000 euros, il y a plus de 20 ans. Les dividendes ont permis de payer une nouvelle stalle pour les veaux, un chargeur frontal pour déverser les aliments pour animaux et deux ouvriers.

Astrid Nissen, habitante du village de Sprakebuell, à côté d'une voiture électrique à Sprakebuell, en Allemagne.
Astrid Nissen, habitante du village de Sprakebuell, à côté d'une voiture électrique à Sprakebuell, en Allemagne.AP Photo/Frank Molter

"Cela signifie que nous avons parfois un week-end libre, parfois des vacances - et sans employés, c'est impossible", confie-t-elle.

Tout le monde ne participe pas, mais tous les habitants y trouvent leur compte. Il y a une voiture électrique partagée au centre de la ville que tout le monde peut réserver pour 2,50 euros de l'heure via une application sur smartphone. 

PUBLICITÉ

Une petite épicerie a ouvert avec un café attenant, et un restaurant sert le déjeuner tous les jours - signes d'un nouveau pouvoir d'achat. Certains villages de taille similaire dans la région n'ont ni l'un ni l'autre.

"Les projets d'énergie renouvelable sont visibles dans le paysage et, pour moi, il est très important que la population locale puisse s'identifier à ces projets", affirme Christian Andresen, dont l'entreprise, Solar-Energie Andresen GmbH, a développé les parcs éoliens et les installations solaires.

Qu'est-ce qui freine les projets d'énergie renouvelable ?

Les projets de Christian Andresen illustrent les facteurs qui peuvent faire avancer les énergies renouvelables. L'un d'eux est le prix garanti par le gouvernement allemand pour l'électricité sur 20 ans, qui donne aux banques la certitude qu'elles peuvent prêter et être remboursées.

D'autre part, les prêts à faible taux d'intérêt accordés par la banque gouvernementale de développement, la KfW. Mais même ces taux ont augmenté, passant de 1 % il y a quelques années à plus de 5 %, selon Christian Andresen.

Les taux d'intérêt élevés freinent les projets d'énergies renouvelables bien plus que les projets de combustibles fossiles. La majeure partie du coût des énergies renouvelables se situe au départ, dans le prix d'achat des éoliennes ou des panneaux solaires, tandis que les coûts d'exploitation à long terme sont négligeables : le vent souffle et le soleil brille gratuitement.

PUBLICITÉ

Le coût de l'emprunt est donc un facteur beaucoup plus important pour déterminer si le projet sera rentable.

C'est l'inverse pour les combustibles fossiles: la construction d'une centrale électrique au gaz naturel est relativement moins coûteuse, alors que les coûts réels sont liés à l'achat du gaz.

À cela s'ajoutent l'inflation, qui a fait grimper le coût de construction des installations, et les pénuries d'équipement dues à l'engorgement des chaînes d'approvisionnement.

Ce sont là quelques-unes des raisons invoquées par la société danoise, "Orsted", pour annuler deux grandes installations éoliennes au large du New Jersey. L'entreprise suédoise, "Vattenfall", a également interrompu un projet offshore au Royaume-Uni.

Des éoliennes tournent dans un parc éolien à Sprakebuell, en Allemagne.
Des éoliennes tournent dans un parc éolien à Sprakebuell, en Allemagne.AP Photo/Frank Molter

L'indice "S&P Global Clean Energy", qui regroupe les actions des entreprises actives dans le domaine des énergies propres, a chuté de 26 % au cours de l'année écoulée, alors même que les indices boursiers plus larges ont atteint des records.

PUBLICITÉ

Aux États-Unis, la hausse des taux d'intérêt a constitué un "ralentisseur" pour certains projets d'énergies renouvelables, affirme David Shepheard, associé nord-américain pour l'énergie et les services publics au sein de la société de conseil internationale "Baringa".

"Les rendements sont réduits dans le contexte actuel des taux, mais ils sont en train de s'améliorer", ajoute-t-il, alors que la Réserve fédérale devrait réduire ses taux à trois reprises cette année.

Le tableau d'ensemble est nuancé, avec un ralentissement des énergies renouvelables par les majors pétrolières, ce qui facilite les blocages des fournisseurs, tandis que les exigences en matière de contenu national pour les subventions américaines entraînent des retards dans la chaîne d'approvisionnement pour certains projets.

"Quand j'ai une part, c'est un beau bruit et une belle vue".

En Afrique subsaharienne, où la moitié de la population n'a pas accès à l'électricité, les projets d'énergie renouvelable sont confrontés à des difficultés de financement encore plus grandes. Avec un ensoleillement important, l'énergie solaire est une option évidente, mais les 1,2 milliard d'habitants de l'Afrique n'ont qu'un cinquième de l'énergie solaire de l'Allemagne, où le ciel est nuageux.

Les coûts d'emprunt y sont bien plus élevés que dans les pays riches, tandis que les subventions publiques sont incertaines en raison des bouleversements politiques et des pays déjà très endettés.

PUBLICITÉ

Au Nigeria, où les pannes d'électricité font partie du quotidien d'environ la moitié des 213 millions d'habitants du pays, quelque 14 projets d'énergie solaire sont au point mort parce que les finances ne sont pas au rendez-vous.

Le gouvernement s'est montré prudent face aux garanties de crédit de la Banque mondiale qui rendraient les projets bancables, craignant d'être obligé de payer l'électricité même si le réseau ne peut pas la fournir.

Mais sans cela, "personne ne développera ou ne financera un projet avec une subvention gouvernementale parce qu'elle peut se tarir", précise Edu Okeke, directeur général de la société d'énergie, "Azura", partie prenante du projet solaire Nova dans l'État de Katsina, au nord du Nigéria.

La solution peut consister à augmenter le prix de l'électricité, ce que le gouvernement allemand a fait, l'année dernière, en augmentant le prix de 25 %. Cette mesure contribue également à garantir le financement. Une autre solution consiste à accorder des taux d'intérêt bonifiés ou des garanties de crédit dans le cadre des efforts déployés par les pays développés pour aider les pays pauvres à lutter contre le changement climatique.

Et lorsque les propriétaires sont des habitants et non de grandes entreprises énergétiques, les objections concernant l'apparence des parcs éoliens, les ombres ou le sifflement tendent à s'estomper, déclare Christian Andresen, le promoteur éolien.

PUBLICITÉ

"Quand j'ai une part dans le projet, c'est un bruit agréable et une belle vue", confie-t-il.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Plusieurs pays de l'UE s'engagent à décarboniser leur électricité d'ici 2035

Comment les éoliennes continuent-elles à tourner pendant les vagues de froid ?

Où les prix de l'électricité et du gaz sont-ils les plus élevés en Europe ?