Journée mondiale de l'eau : récits de celles et ceux pour qui l'eau douce se fait rare

Un homme porte des cruches pour aller chercher de l'eau dans un trou dans le lit d'une rivière sablonneuse dans le comté de Makueni, au Kenya, le jeudi 29 février 2024.
Un homme porte des cruches pour aller chercher de l'eau dans un trou dans le lit d'une rivière sablonneuse dans le comté de Makueni, au Kenya, le jeudi 29 février 2024. Tous droits réservés AP Photo/Brian Inganga
Tous droits réservés AP Photo/Brian Inganga
Par Ruth Wright avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Des rivières asséchées à l'eau empoisonnée, les populations du monde entier luttent pour satisfaire un besoin fondamental.

PUBLICITÉ

Alors que la planète se réchauffe à une vitesse imprévue en raison du changement climatique causé par l'homme, l'eau douce, pour boire, cuisiner et nettoyer devient de plus en plus difficile à obtenir pour de nombreuses personnes.

En effet, le réchauffement de la planète entraîne des précipitations irrégulières, des chaleurs extrêmes et des périodes de sécheresse, qui s'ajoutent à des décennies de mauvaise gestion de l'eau et de politiques d'extraction dans le monde entier. Les Nations unies estiment qu'environ 2,2 milliards de personnes dans le monde n'ont pas accès à une eau potable gérée en toute sécurité.

À l'occasion de la Journée mondiale de l'eau, des journalistes du monde entier ont interviewé des personnes qui luttent pour obtenir de l'eau potable.

Lima, au Pérou :  classe inférieure contre classe moyenne

Justina Flores, grand-mère de 50 ans, vit dans une banlieue vallonnée de Lima, au Pérou, sans eau courante. Avec une partie de l'eau qu'elle reçoit du gouvernement, elle lave à la main les vêtements de sa famille de six personnes, puis la réutilise pour laver le chien ou la jette sur le sol à l'extérieur pour éviter que la poussière ne monte et n'entre dans la maison.

Le gouvernement péruvien fournit de l'eau potable à 1,5 million de ses habitants les plus pauvres, comme Justina Flores, qui vivent dans les collines. Des camions-citernes géants remplis d'eau se traînent sur les routes escarpées, et cette ressource rare suscite souvent des conflits entre voisins.

Justina Flores s'efforce d'utiliser le moins d'eau possible pour toutes ses activités quotidiennes. Elle possède une vieille machine à laver, mais le lavage à la main lui permet d'économiser environ 45 litres d'eau par lavage.

Elle et sa famille disposent d'environ 3 000 litres par semaine pour se laver, cuisiner et faire le ménage, alors qu'à San Isidro, le quartier le plus riche de la capitale, une famille de taille égale utilise en moyenne 11 700 litres d'eau courante par semaine, d'après les données officielles.

Depuis son enfance, Justina Flores travaille comme employée de maison dans les foyers des familles les plus riches, et elle a donc pu constater cette disparité de première main.

"Dans ces maisons, on peut se baigner autant de fois qu'on le souhaite. Ici, c'est tout au plus deux fois par semaine", dit-elle en regardant par la fenêtre les immeubles qui couvrent les collines.

Jakarta, en Indonésie : de l'eau sale dans les canalisations

Dans le vaste archipel indonésien, l'accès à l'eau potable est incertain, même dans la ville la plus développée du pays, Jakarta, où vivent plus de 10 millions de personnes.

Depuis son plus jeune âge, Devi Putri Eka Sari, 37 ans et mère de trois enfants, a dû acheter de l'eau aux vendeurs qui arpentaient les rues étroites et pavées de son quartier à faibles revenus, même après l'installation par le gouvernement de canalisations et de pompes tirant l'eau de la nappe phréatique.

L'eau du gouvernement n'est pas fiable, dit-elle : parfois, elle coule du robinet lorsqu'elle l'ouvre. Même si elle coulait régulièrement, elle n'oserait pas l'utiliser pour boire.

"Elle n'est pas saine. Elle est remplie de bactéries qui vous rendent malade", confie-t-elle. "Cela sent la piscine, les produits chimiques".

Sa crainte des bactéries n'est pas sans fondement : selon l'Organisation mondiale de la santé, sept ménages indonésiens sur dix consomment de l'eau contaminée par la bactérie E. coli.

Au lieu de cela, Devi Putri Eka Sari, comme des millions d'Indonésiens dans tout le pays, achète de l'eau dans de grands récipients rechargeables ou dans des bouteilles en plastique emballées à usage unique. Ces bouteilles sont faciles à trouver, mais elles créent de grandes quantités de déchets dans les cours d'eau de la ville, déjà encombrés de plastique.

"C'est ce que j'ai fait toute ma vie", explique Devi Putri Eka Sari. "C'est l'option que nous avons".

Ras el Ma, au Maroc : de la source de vie au poison mortel

Mimoun Nadori s'accroupit pour plonger sa main dans la rivière et goûter l'eau à côté des bosquets où sa famille cultive depuis longtemps des fruits et des légumes dans ses fermes du nord du Maroc.

Il grimace. L'eau est salée. Mais il n'en était pas ainsi auparavant.

PUBLICITÉ

"Tout était vert", se souvient-il. "Nous buvions l'eau de la rivière et nous la lavions avec la rivière. Nous vivions de la rivière".

Mais la diminution des précipitations et l'augmentation des barrages et du pompage en amont ont réduit le débit du fleuve Moulouya au Maroc et menacé les moyens de subsistance d'agriculteurs comme Mimoun Nadori. Là où le fleuve coulait autrefois des montagnes vers la Méditerranée, il stagne aujourd'hui, permettant à l'eau de mer de s'infiltrer à l'intérieur des terres et transformant l'eau, source de vie, en un poison mortel.

Mimoun Nadori a commencé à importer de l'eau pour le poulailler qu'il gère sur place après que ses vaches, habituées à boire l'eau de la rivière, sont mortes. Il ne savait pas que l'eau était saumâtre ni qu'elles s'en nourrissaient jusqu'à ce qu'elles meurent.

La surexploitation de la rivière a également exercé de nouvelles pressions sur les réserves d'eau souterraines, car les agriculteurs marocains comme Mimoun Nadori - ainsi que ceux de l'autre côté de la frontière algérienne toute proche - creusent davantage de puits pour compenser la perte de leur ancien approvisionnement.

"Nous ne mentirons pas en disant que la cause est uniquement humaine ou la sécheresse. Il s'agit des deux", affirme-t-il. "Nous ne savons pas comment utiliser l'eau et nous en gaspillons beaucoup".

PUBLICITÉ

Corning, en Californie : rationnement de l'eau et bouleversements émotionnels

Il fut un temps où l'eau de la piscine de Fred et Robin Imfeld scintillait pendant les chaudes journées d'été et où leur jardin était luxuriant.

Mais il y a deux ans, le puits qui alimentait en eau leur maison de la région rurale de Corning, en Californie, s'est asséché pour la première fois depuis une quarantaine d'années. Aujourd'hui, la piscine est vide et les arbres ont pris une teinte rouille.

Dans toute la Californie, les puits domestiques se sont asséchés en nombre record ces dernières années en raison de la sécheresse et d'un pompage excessif, entraînant une baisse du niveau des nappes phréatiques. Le couple souhaite forer un nouveau puits plus profond, mais la dépense s'élève à 23 100 euros.

Aujourd'hui, ils dépendent des livraisons d'eau financées par l'État. Deux fois par mois, ils reçoivent un réservoir de 9 463 litres à l'extérieur de leur garage, rempli d'eau pour la douche, la vaisselle et la lessive. Ils reçoivent également 113 litres d'eau potable toutes les deux semaines pour cuisiner et boire.

Lorsqu'ils ont besoin d'un peu plus d'eau, Fred Imfeld transporte de l'eau, comme il l'a fait pendant sept mois lorsque leur puits s'est asséché, avant qu'ils n'obtiennent la citerne. Il charge son camion de récipients, parcourt environ 3 kilomètres jusqu'à la maison d'un ami et les remplit d'eau.

PUBLICITÉ

"Nous sommes émotionnellement épuisés par nos vies personnelles, nous essayons de gérer l'eau et nous nous inquiétons de ce qui nous attend et de ce que nous allons faire à partir d'ici", confie Fred Imfeld.

Comté de Makueni, au Kenya : marcher une demi-heure cinq fois par jour juste pour trouver de l'eau

Joyce Mule avait l'habitude de marcher pendant environ deux heures pour trouver de l'eau. Dans son village vallonné et rocailleux du comté de Makueni, dans le sud-est aride du Kenya, l'eau est très rare. Il y a peu d'eau courante et peu d'alternatives fiables.

Joyce Mule avait l'habitude d'obtenir de l'eau en creusant des trous dans le lit sablonneux des rivières. Ces trous sont creusés dans le sable et l'eau contenue dans les pores s'écoule par percolation du sable adjacent vers le trou. Cette méthode est toujours populaire dans le sud-est du Kenya.

Mais, en 2012, elle et ses concitoyens ont décidé de s'attaquer à ce problème en adoptant le système de captage des rochers, une méthode de collecte des eaux de pluie à partir d'affleurements rocheux, qui sont de gigantesques rochers naturels se dressant à des centaines de mètres au-dessus du sol. La mule va chercher l'eau ici environ cinq fois par jour et met une demi-heure pour la ramener à la maison.

La technologie fonctionne de manière simple : les villageois construisent un mur en béton autour du rocher pour retenir l'eau de pluie. Ils placent de grosses pierres pour filtrer l'eau et un tuyau pour l'acheminer vers des réservoirs de stockage. L'eau collectée à partir de la roche s'écoule dans les réservoirs par le biais du tuyau, puis vers un point de collecte d'eau situé à proximité, où les habitants vont la chercher aux robinets.

PUBLICITÉ

Elle est heureuse parce que c'est proche, que l'eau est disponible en permanence et qu'elle est propre. En conséquence, ses arbres produisent plus de fruits et ses vaches donnent plus de lait.

"Avant, nous pensions que ces pierres ne valaient rien, mais aujourd'hui, nous en voyons les avantages", admet-elle.

Bawal, en Inde : creuser plus profondément chaque année

Ramkrishan Malawat, 52 ans, se souvient d'une époque où les eaux souterraines se trouvaient à 21 mètres de profondeur et où une rivière au débit rapide, située à 10 kilomètres de sa ferme de Bawal, près de New Delhi, lui fournissait de l'eau en abondance.

Mais aujourd'hui, la rivière est à sec et l'eau se trouve à 76 mètres de profondeur. "Nous sommes obligés de creuser plus profondément chaque année", explique-t-il. Ramkrishan Malawat utilise un puits de forage pour obtenir de l'eau pour ses cultures : moutarde, maïs et divers millets.

Plus l'eau est profonde, plus elle est sale, affirme-t-il, car "le niveau de contamination par le fluorure et d'autres produits chimiques augmente".

PUBLICITÉ

L'Inde est le plus grand extracteur d'eau souterraine au monde et pompe plus d'eau que les États-Unis et la Chine réunis, selon les Nations unies.

L'extraction pour l'agriculture, la construction et d'autres besoins, combinée à des changements climatiques tels que des précipitations irrégulières et des chaleurs extrêmes, signifie que le niveau des eaux souterraines baisse considérablement dans tout le pays.

"Il y a tellement de constructions autour d'ici et quand il pleut maintenant, l'eau s'écoule simplement" au lieu de s'infiltrer dans le sol et de reconstituer les réserves", indique Ramkrishan Malawat. Bawal est plus connue pour son industrie automobile que pour son agriculture. "Je crains parfois que dans 10 ou 15 ans, il n'y ait plus d'eau disponible pour l'agriculture dans ma ville", confie-t-il.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les indicateurs du changement climatique ont atteint des niveaux record en 2023

Espagne : pénurie d'eau en Catalogne

Restaurer les rivières européennes : les hommes et la nature ont beaucoup à y gagner