PUBLICITÉ

Énergie éolienne : où en sont les pays européens ?

Éoliennes à Flakfortet près de Copenhague, Danemark.
Éoliennes à Flakfortet près de Copenhague, Danemark. Tous droits réservés Jens Dresling/Polfoto File via AP
Tous droits réservés Jens Dresling/Polfoto File via AP
Par Kira Taylor, Euronews Green
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'est engagée à soutenir davantage l'industrie éolienne, lors de son discours sur l'état de l'Union.

PUBLICITÉ

L'industrie éolienne européenne est une "success story" remarquable, selon la présidente de la Commission européenne.

Dans son dernier discours sur l'état de l'Union, prononcé ce mercredi septembre à Strasbourg, Ursula von der Leyen a salué les progrès accomplis dans le domaine des énergies renouvelables.

Depuis les années 1980, l'énergie éolienne occupe une place de plus en plus importante dans la production d'électricité en Europe. Depuis la construction des premiers parcs éoliens à la fin du XXe siècle, l'énergie produite à partir du vent a fourni 17 % de la consommation totale d'électricité de l'Europe en 2022.

"Mais [le secteur] est actuellement confronté à un ensemble unique de défis", a ajouté Ursula von der Leyen.

"C'est pourquoi nous présenterons un paquet européen sur l'énergie éolienne, en étroite collaboration avec l'industrie et les États membres".

Le nouveau paquet est accompagné de promesses clés visant à débloquer l'énergie éolienne de l'Union européenne. La présidente de la Commission européenne s'est engagée à accélérer encore davantage l'octroi des permis, à améliorer les systèmes de vente aux enchères dans l'ensemble de l'UE et à mettre l'accent sur les compétences, l'accès au financement et la stabilité des chaînes d'approvisionnement.

"L'énergie éolienne est peut-être la technologie la plus importante pour la décarbonisation de l'Europe, dans de nombreux pays, la source domestique d'électricité la moins chère et potentiellement la plus importante qui peut remplacer les combustibles fossiles volatils importés ", affirme Paweł Czyżak, analyste principal des données sur l'énergie et le climat au groupe de réflexion Ember, à Euronews Green.

En début d'année, nous avons examiné les pays européens qui mènent la révolution de l'énergie éolienne et ce que nous pouvons apprendre d'eux.

Quels sont les pays européens qui mènent la révolution de l'énergie éolienne ?

Le Danemark, l'Allemagne et le Royaume-Uni sont historiquement à l'origine du passage à l'énergie éolienne et restent des poids lourds du secteur.

Selon les données du groupe industriel WindEurope, le Danemark a pris la première place l'année dernière, avec la plus grande contribution de l'énergie éolienne à la consommation d'énergie (55 %). L'Irlande est arrivée en deuxième position (34 %), le Royaume-Uni en troisième (28 %) et l'Allemagne en quatrième (26 %).

En ce qui concerne les installations à venir, l'Allemagne reste en tête, mais d'autres pays la rattrapent. La Suède et la Finlande dépassent l'Allemagne dans le domaine de l'éolien terrestre, et le Royaume-Uni est de loin le marché le plus dynamique pour l'éolien en mer.

L'une des raisons pour lesquelles ces pays obtiennent de bons résultats est qu'ils disposent de lois stables et d'objectifs clairs en matière d'énergie éolienne.

"La principale leçon que je tirerais de pays comme le Danemark, l'Allemagne et le Royaume-Uni est qu'il faut avoir une stratégie claire et stable et des objectifs ambitieux. Ensuite, il faut aligner toutes les autres politiques, l'aménagement du territoire, les autorisations, la planification du réseau, etc. sur cette stratégie", assure Pawel Czyżak.

Il cite d'autres pays, comme la Lettonie, qui disposent d'un potentiel élevé en matière d'énergie éolienne, mais qui n'ont pas d'objectifs pour en faire une réalité.

L'Italie est également confrontée à des difficultés, car son processus d'autorisation donne aux autorités un droit de veto. Selon Christoph Zipf, porte-parole de WindEurope, cela conduit souvent à l'annulation de projets et à un environnement incertain pour les développeurs.

Outre la politique, une forte présence industrielle peut contribuer à stimuler le développement de l'énergie éolienne, explique Po Wen Cheng, responsable de l'énergie éolienne à l'université de Stuttgart.

"Des pays comme l'Allemagne, le Danemark et l'Espagne disposent d'une industrie manufacturière solide, avec de nombreuses entreprises spécialisées dans la production d'éoliennes et d'autres technologies connexes. Les Pays-Bas et la Belgique, quant à eux, disposent d'une solide industrie d'exploitation marine et offshore, ce qui a conduit au développement de nouvelles technologies pour l'énergie éolienne offshore", explique-t-il.

AP Photo/Martin Meissner, File
Des éoliennes sont installées dans un parc éolien à Marsberg, en AllemagneAP Photo/Martin Meissner, File

Plus d'argent, plus d'énergie éolienne

L'innovation dans la technologie de l'éolien flottant - des turbines qui ne sont pas fixées au fond de la mer - a également permis  d'ouvrir la voie à davantage d'énergie éolienne dans des pays comme le Portugal, l'Espagne et la Grèce.

PUBLICITÉ

Dans le même temps, des pays comme la Bulgarie, la Roumanie, la République tchèque et la Lettonie doivent être placés "sur la carte du développement" et bénéficier d'une plus grande reconnaissance, selon Pawel Czyżak.

"D'après ce que dit l'industrie dans ces pays, il est assez difficile d'attirer l'attention, de faire venir les investisseurs et d'obtenir des financements. Compte tenu des nombreux goulets d'étranglement dans certains des plus grands acteurs, comme l'Allemagne, il serait certainement bon d'utiliser le potentiel là où il n'est pas encore exploité et où il n'y a pas tant d'encombrement du réseau", ajoute-t-il.

Il est essentiel que tous les pays de l'UE s'y mettent si l'Union européenne veut atteindre son objectif de 2030 en matière d'énergies renouvelables.

"L'Union doit augmenter sa capacité annuelle d'au moins 50 % par rapport aux prévisions, soit 31 GW au lieu de 19-20 GW. Cela n'est possible que si les pays qui n'ont pas encore exploité tout leur potentiel, comme l'Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie et la Bulgarie, passent à la vitesse supérieure et déploient de grandes quantités d'éoliennes en mer", explique Pawel Czyżak.

AP Photo/Heribert Proepper
Éoliennes offshore installées en mer du Nord, à 14 kilomètres à l'ouest du petit village de Blavand, près d'Esbjerg, au DanemarkAP Photo/Heribert Proepper

L'UE va manquer ses objectifs pour 2030

Selon WindEurope, l'UE devrait manquer son objectif pour 2030. Pour que l'Union européenne atteigne son objectif, les pays doivent déployer plus de 30 GW chaque année jusqu'en 2030. En 2022, 16 GW ont été mis en service et les pays devraient continuer à manquer leur objectif.

PUBLICITÉ

Pour véritablement exploiter le potentiel de l'énergie éolienne, les pays de l'UE, même ceux qui obtiennent de bons résultats, doivent s'attaquer aux longues procédures d'autorisation. Cela deviendra d'autant plus important que les turbines arrivent en fin de vie et doivent être remplacées par de nouvelles, ce que l'on appelle le "repowering".

Les pays européens doivent également investir dans leurs réseaux électriques afin d'éviter que les énergies renouvelables ne soient refusées en raison d'un manque de capacité.

À Pâques dernier, la compagnie tchèque d'électricité a dû débrancher des centaines de panneaux solaires qui produisaient plus d'énergie que le réseau ne pouvait en supporter.

"Les investissements dans le réseau ont souvent été inférieurs à la production d'énergie renouvelable. Cela a créé un arriéré de projets en attente de connexion au réseau, ce qui a entraîné des retards et des pertes de revenus pour les opérateurs d'énergies renouvelables", explique Po Wen Cheng.

Ces deux facteurs, auxquels s'ajoute un manque d'acceptation de la part du public, font que de nombreux pays se sont tournés vers l'offshore, mais l'énergie terrestre sera également nécessaire si l'Europe veut réduire sa dépendance à l'égard des combustibles fossiles.

PUBLICITÉ

L'Europe a parcouru un long chemin depuis les années 1980, faisant de son industrie éolienne un contributeur important à son réseau électrique, mais il lui reste encore beaucoup à faire pour atteindre ses objectifs pour 2030.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Se passer des piles grâce à une technologie transformant toute lumière en énergie

Pompes à chaleur : 5 choses à savoir

Cette ville espagnole veut introduire une assurance vélo obligatoire pour les cyclistes