La Belgique recrute des "enquêteurs" de covid-19 pour surveiller l’évolution de l’épidémie

La Belgique recrute des "enquêteurs" de covid-19 pour surveiller l’évolution de l’épidémie
Tous droits réservés Euronews
Par Grégoire Lory
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Belgique met en place un système de surveillance par appel téléphonique afin de dresser la carte de l’épidémie dans le pays.

PUBLICITÉ

Tracer les personnes infectées par le coronavirus pour assurer le déconfinement, voilà la priorité des autorités nationales. La Belgique va recruter 2 000 enquêteurs pour organiser une surveillance par téléphone. Leur mission sera d'identifier par téléphone les personnes susceptibles d'être contaminées. "Pour chaque nouvelle personne infectée, il (l'enquêteur) va la contacter en lui demandant avec qui cette personne a été en contact ces 14 derniers jours", détaille le député fédéral Gilles Vanden Burre. L’élu écologiste précise aussi qu’on "ne donne jamais le nom de la personne".

Les enquêteurs ne préciseront pas non plus le lieu potentiel de la contamination ou quand cela aurait pu se produire. Cet outil s'ajoute aux consignes de sécurité pour réussir la sortie de crise. "Il est fondamental de pouvoir en parallèle tracer de manière détaillée l'évolution de la maladie parce que sinon on risque d'avoir dans quelques mois un nouveau pic et il faudra à nouveau prendre des mesures de confinement, ce que personne ne souhaite", précise Gilles Vanden Burre.

Le cadre législatif existe déjà puisque ce traçage a été employé pour d'autres maladies. Le gouvernement s'interroge toujours sur le recours d'une application sur les téléphones portables. Cette option, si elle devait être approuvée, serait complémentaire aux mesures déjà validées.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guéri du coronavirus, Boris Johnson de retour à son bureau

Coronavirus : "Dans le meilleur scénario, un vaccin pourrait être prêt d'ici à 10 ou 12 mois"

Coronavirus en France : le déconfinement ne se fera pas par région, annonce le président Macron