DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Birmanie : des oeufs de Pâques contre la junte, le pape exprime "sa proximité" avec la jeunesse

euronews_icons_loading
Birmanie : des oeufs de Pâques contre la junte, le pape exprime "sa proximité" avec la jeunesse
Tous droits réservés  frame
Taille du texte Aa Aa

Les opposants au coup d'Etat en Birmanie ont défié dimanche le régime militaire avec des oeufs de Pâques anti-junte, le pape François exprimant sa "proximité" avec la jeunesse du pays et ses aspirations démocratiques.

Plus de 550 civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués par les forces de sécurité depuis le putsch du 1er février qui a renversé le gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi, d'après l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

Le bilan pourrait être beaucoup plus lourd : quelque 2 700 personnes ont été arrêtées. Beaucoup, détenues au secret, sans accès à leurs proches ou à un avocat, sont portées disparues.

Malgré cela, la mobilisation pro-démocratie se poursuit, avec des dizaines de milliers de salariés en grève et des secteurs entiers de l'économie paralysés.

En ce dimanche de Pâques, le mouvement de désobéissance civile a trouvé une nouvelle parade: diffuser des photos d'oeufs sur les réseaux sociaux décorés de messages contre le régime : "Sauvez la Birmanie", "Nous voulons la démocratie", "Dégageons MAH", le puissant chef de la junte Min Aung Hlain.

"La créativité, la bravoure et le courage de notre peuple sont l'avenir de la Birmanie", a tweeté Dr Sasa, envoyé spécial auprès de l'ONU du gouvernement civil déchu.

Dans son traditionnel message de Pâques, le pape François a exprimé sa "proximité (...) avec les jeunes birmans qui s'engagent pour la démocratie en faisant entendre pacifiquement leur voix".

Quatre civils sont encore tombés sous les balles samedi et un homme de 30 ans a été abattu dimanche dans l'Etat Kachin, à l'extrême-nord de la Birmanie.

La junte a assuré dans un média d'Etat que les forces de sécurité "faisaient preuve de la plus grande retenue".

L'émissaire de l'ONU pour la Birmanie, Christine Schraner Burgener, a mis en garde contre un risque "sans précédent" de "guerre civile".