EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Ces quatre secteurs industriels seraient responsables d'un quart des décès annuels en Europe

Le tabac et l'alcool sont deux industries qui causent des ravages en Europe
Le tabac et l'alcool sont deux industries qui causent des ravages en Europe Tous droits réservés AP Photo/Peter Morrison, FILE
Tous droits réservés AP Photo/Peter Morrison, FILE
Par Lauren Chadwick
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Un nouveau rapport montre l'impact de certaines industries sur la santé et les décès prématurés en Europe, selon l'Organisation mondiale de la Santé.

PUBLICITÉ

Selon un nouveau rapport de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), 2,7 millions de décès sont imputables à seulement quatre secteurs de l'industrie chaque année en Europe.

Les industries du tabac, des aliments ultra-transformés, des combustibles fossiles et de l'alcool seraient "totalement ou partiellement responsables" de près d'un quart de l'ensemble des décès dans cette zone, selon ce rapport.

"Ces quatre secteurs tuent chaque jour au moins 7 000 personnes [en Europe]. Ces mêmes géants de l'industrie bloquent la réglementation qui protégerait le public des produits et du marketing nocifs, et qui protégerait la politique de santé de l'ingérence de l'industrie", a déclaré le docteur Hans Kluge, directeur régional de l'OMS pour l'Europe, dans un communiqué.

Le rapport explique en détail comment ces industries utilisent des techniques marketing pour accroître leurs profits, au détriment de la santé publique.

"Ces secteurs utilisent tous les mêmes méthodes pour maximiser leurs profits, accroître leur part de marché et créer l'environnement le plus propice possible pour leur permettre de se développer", indique le rapport.

L'OMS Europe préconise une réglementation plus stricte de la commercialisation des produits nocifs pour la santé, la prévention des conflits d'intérêts et la lutte contre les monopoles.

L'impact des industries commerciales sur la santé

Selon les chiffres cités dans le rapport, le tabac est à l'origine de 1,1 million de décès par an en Europe, tandis que l'alcool en provoque plus de 420 000.

Les combustibles fossiles causeraient de leur plus d'un demi-million de décès par an, tandis que les régimes alimentaires riches en viande transformée, en sodium, en boissons sucrées et en graisses causeraient près de 390 000 décès par an en Europe.

J'invite tous les parlementaires et décideurs politiques européens nouvellement élus à reconnaître l'ampleur de ce problème et l'impact considérable des pratiques de l'industrie sur la santé publique et sur nos processus démocratiques.
Frank Vandenbroucke
Vice-Premier ministre et ministre de la Santé belge

Selon l'organisation, ces industries cherchent à influencer les politiques, à se présenter comme des "partenaires clés des gouvernements dans la lutte contre les effets nocifs de leurs produits sur la santé".

Le rapport cite l'exemple de Philip Morris International - qui a fait don de ventilateurs pour faire face au COVID-19 - et de la façon dont l'industrie a mené une campagne de relations publiques pour s'opposer à une taxe sur les boissons sucrées en Estonie.

"Les techniques de l'industrie incluent l'exploitation des personnes vulnérables par le biais de stratégies de marketing ciblées, la tromperie des consommateurs et de fausses affirmations sur les avantages de leurs produits ou leurs normes environnementales", ajoute Hans Kluge.

Le vice-Premier ministre et ministre de la Santé belge, Frank Vandenbroucke, qui a présenté le rapport, affirme : "Nos efforts actuels sont encore insuffisants pour réglementer les pratiques des industries qui nuisent à la santé".

"J'invite tous les parlementaires et décideurs politiques européens nouvellement élus à reconnaître l'ampleur de ce problème et l'impact considérable des pratiques de l'industrie sur la santé publique et sur nos processus démocratiques", ajoute-t-il.

En réponse au rapport, Rebeca Fernández, directrice scientifique de FoodDrinkEurope, qui représente l'industrie européenne de l'alimentation et des boissons — dont le nom est cité dans la section concernant les boissons sucrées — a déclaré qu'il était irresponsable et outrageusement trompeur d'associer "la consommation d'aliments transformés aux industries du tabac et aux combustibles fossiles".

"Nous avons tous besoin de nourritureet nous avons tous besoin d'aliments transformés", affirme-t-elle, précisant que le rapport de l'OMS passait sous silence le fait qu'il n'y ait "aucune définition commune" des aliments ultra-transformés.

Sources additionnelles • Adaptation : Vincent Reynier

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

25 euros le paquet : l'augmentation des prix permet-elle réellement d'arrêter de fumer ?

Europe : la consommation excessive d'alcool chez les adolescents deux fois plus élevée que chez les adultes

Un taux de glycémie légèrement plus élevé augmente le risque de maladie cardiaque