PUBLICITÉ

Vague Omicron et nouvelles mesures sanitaires

Vague Omicron et nouvelles mesures sanitaires
Tous droits réservés AP Photo/Martin Meissner
Tous droits réservés AP Photo/Martin Meissner
Par euronews avec Agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

De l'Allemagne à l'Islande, en passant par le Portugal, face au variant Omicron, de nombreux pays continuent à renforcer leurs mesures sanitaires.

PUBLICITÉ

L’Allemagne renforce les restrictions dans les bars et les restaurants afin de lutter contre la vague Omicron. Ainsi, les clients de ces établissements doivent désormais fournir un certificat de vaccination ou de guérison, mais aussi un test anti-covid négatif du jour. Seules les personnes ayant déjà reçu une troisième dose de vaccin sont exemptées de ce test.

"Il est vraiment important de suivre les règles, de se faire vacciner. J'ai reçu ma troisième dose. Je pense que c'est vraiment le seul moyen de sortir de cette pandémie. Nous voulons retrouver notre liberté, sortir, rencontrer du monde et voir nos amis", réagit une femme.

L'Islande opère également un nouveau tour de vis. Le pays est confronté à une flambée de l’épidémie et durcit son arsenal de mesures sanitaires. Bars et discothèques sont donc fermés jusqu’au 2 février au moins. La limite des rassemblements publics, elle, est abaissée de 20 à 10 personnes.

Au Portugal, toutes les personnes qui officieront dans les bureaux de vote lors des législatives du 30 janvier ont commencé à recevoir leur rappel vaccinal.

"Cela va durer plusieurs heures et des centaines de personnes vont venir voter. De nombreuses cartes d’électeurs passent entre nos mains, etc. Donc, ce qu’ils ont décidé de mettre en place en amont est vraiment important", explique une employée municipale portugaise.

Le Portugal est le pays dont le taux de vaccination est parmi les plus élevés au monde. Au 12 janvier, près de 89 % de la population avait bouclé son schéma vaccinal.

Le gouvernement doit annoncer prochainement si les électeurs infectés et contraints à l’isolement sont autorisés à voter ou non. Ils pourraient représenter plus d’un million de personnes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Manifestations anti-pass, records de contaminations : le point sur l'épidémie de Covid en Europe

Omicron : trop tôt pour dire s'il faudra modifier les vaccins, selon l'EMA

Une progression des violences politiques en Europe