DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Retour sur 12 mois de Covid-19 qui ont bouleversé la planète

euronews_icons_loading
euronews
euronews
Taille du texte Aa Aa

Point de départ de l'épidémie de Covid-19 : la ville de Wuhan en Chine. Le 31 décembre 2019, les autorités chinoises signalent à l'Organisation mondiale de la Santé, plusieurs cas de pneumonie inhabituelle. Le virus est inconnu. Il semble avoir fait son apparition sur un marché aux animaux vivants à Wuhan. Le site est fermé. Et tandis que le nombre de cas augmente en Chine, le pays impose un confinement strict.

De l'épidémie à la pandémie

​Ce qui n'empêche pas le virus de voyager. En février, il frappe Bergame dans le nord de l'Italie. Les hôpitaux sont vite débordés, les services funéraires et les cimetières ont du mal à faire face. Début mars, l'Italie décide de confiner la région de la Lombardie avant d'élargir la mesure à tout son territoire.

​Le 11 mars, l'OMS considère désormais la propagation du nouveau coronavirus comme une pandémie.​​Alors que le nombre d'infections augmente rapidement, l'Europe bascule dans le confinement. La vie est mise sur pause, les frontières sont fermées. Du jamais vu.

PHILIPPE LOPEZ/AFP
Les rues de Paris désertes le 23 mars 2020PHILIPPE LOPEZ/AFP

Entreprises, lieux publics et écoles ferment leurs portes dans l'objectif de ralentir le rythme des contaminations et d'éviter un effondrement des systèmes de santé. Plus de 250 millions de personnes sont confinées chez elles.

L'Europe se confine, les dirigeants brésilien et américain minimisent

​De l'autre côté de l'Atlantique, le Brésil est l'un des pays les plus sévèrement touchés. Les familles de victimes et les personnels de santé se sentent abandonnés alors que le président Jair Bolsonaro minimise la crise et qualifie le coronavirus de "petite grippe".​

Son homologue américain Donald Trump assure de son côté que la Covid-19 disparaîtra très bientôt. Mais les chiffres racontent une tout autre histoire : début avril, 30 000 nouvelles contaminations sont recensées chaque jour. Le pays enregistre le plus grand nombre de cas à l'échelle mondiale. Les protections individuelles manquent et les soignants mènent la bataille en étant mal équipés. New York devient l'un des épicentres de la crise sanitaire.

En Europe, le confinement prouve son efficacité, les restrictions sont levées, les pays s'ouvrent à nouveau, mais les populations sont priées de respecter la distanciation physique et de porter un masque. Avec la hausse des températures, la peur du virus recule le temps des vacances. Mais il n'a pas disparu. ​Le nombre de contaminations repart à la hausse.​

Deuxième confinement partiel en Europe

Les dirigeants européens tentent d'éviter, à l'automne, un deuxième confinement pour maintenir l'activité économique. Des couvre-feux et des restrictions locales ne sont pas suffisantes et de nombreux pays instaurent un deuxième confinement partiel.

Les manifestations contre les mesures restrictives qui ont lieu à Rome par exemple prennent de l'ampleur sur le continent. Décembre débute par un lourd bilan : le coronavirus a fait près d'un million et demi de décès et contaminé plus de 60 millions de personnes dans le monde.​

Une propagation que seul un vaccin peut stopper. Les résultats des tests de plusieurs formules sont prometteurs, mais il faudra encore du temps pour mettre un terme à la pandémie.