This content is not available in your region

Assaut du capitole et début de l'ère Biden : l'actualité 2021 des États-Unis

Access to the comments Discussion
Par Isidro Murga
euronews_icons_loading
Review 2021
Review 2021   -   Tous droits réservés  euronews

Le 6 janvier 2021, Donald Trump tient un discours devant ses partisans réunis devant le Capitole à Washington : "Nous marcherons où bon nous semble, mais là, je pense que nous allons marcher sur le Capitole."

Un impensable assaut

Son discours est alors interprété par bon nombre de ses soutiens comme un ordre. Ils sont ainsi des milliers à prendre d'assaut le bâtiment, l'opération visant à empêcher la validation par le Sénat des résultats d'une élection présidentielle contestée par le candidat républicain. Les sénateurs seront évacués de justesse. Les violences feront cinq morts.

Joe Biden appelle à l'unité

Le 20 janvier, dans un pays encore meurtri par cette attaque contre les institutions, Joe Biden prête serment en tant que 46ème président des États-Unis et Kamala Harris devient la première femme à accéder à la vice-présidence.

Au cours d'une cérémonie ternie par la pandémie et les craintes d'un attentat, Joe Biden appelle à l'unité. "C'est un moment historique de crises et de défis," lance-t-il. "L'unité est la voie à suivre et nous devons faire face en tant qu'États-Unis d'Amérique," dit-il en insistant sur le mot "Unis".

Ambitieux plans de dépense

À force de décrets, Joe Biden tient plus du tiers de ses promesses électorales au cours de ses 100 premiers jours de mandat, mais ses ambitieux plans de dépenses divisent sa majorité démocrate.

En juin, son premier voyage officiel à l'étranger prend la forme d'une tournée européenne où il fait passer le message que les États-Unis sont de retour.

Une nouvelle relation avec les Européens et la Russie ?

Lors du G7 à Cornwall au Royaume-Uni, il tente de réparer les dommages causés à la relation transatlantique sous l'ère Trump.

Il fait de même quelques jours plus tard, au sommet de l'OTAN. À cette occasion, il affirme que la Chine est le nouveau grand défi pour l'Alliance.

Le 16 juin, le président américain rencontre en Suisse, son homologue russe qu'il a qualifié de "tueur" quelques semaines plus tôt.

Joe Biden appelle lors de cette entrevue, à une relation plus prévisible entre leurs deux pays tandis que Vladimir Poutine juge la rencontre "constructive".

Le spectre chinois

En septembre, Joe Biden annonce une alliance militaire avec l'Australie et le Royaume-Uni dans l'idée de contenir la Chine.

Canberra suscite l'indignation de Paris en annulant l'achat pour plusieurs milliards de dollars de sous-marins français pour en acquérir auprès des Américains.

Le 30 octobre, Joe Biden présente ses excuses à Emmanuel Macron à Rome en marge du sommet du G20 et à la veille de l'ouverture de la COP26, le sommet sur le climat où les États-Unis et la Chine, les deux premiers pays émetteurs de CO2, s'engagent tous deux à faire plus pour lutter contre le réchauffement, sans donner de détails précis.

Le 16 novembre, Joe Biden tient un mini-sommet virtuel avec Xi Jinping. Mais derrière les paroles courtoises, les présidents des deux superpuissances mondiales constatent leurs profondes divergences concernant Taïwan.

Journaliste • Isidro Murga